P/Noire : revenu de la Suisse assister aux obsèques de son père, il devient fou et traîne au quartier aéroport

0
1695

«Tu vois ce fou? Il a été victime de la sorcellerie des Vili ! Il était revenu de la Suisse enterrer son père et juste après les obsèques il est devenu fou et le voilà qui traîne entre l’aéroport et la base à demander de la cigarette aux gens » confie un jeune qui tient un kiosque Mobile Money en face de l’aéroport de Pointe-Noire et qui venait de donner un bâton de cigarette au fou. Sa famille paternelle serait à la base de sa folie à cause de la jalousie sur les obsèques dignes de son père.

On l’appelle Félix et tous les commerçants en face de l’aéroport de Pointe-Noire connaissent son histoire et s’en émeuvent à le voir quémander chaque jour des cigarettes. « C’est un fou qui ne fouille pas dans les poubelles et qui ne demande qu’à fumer, jamais à manger » relate une femme qui tient un petit Malewa derrière l’agence Canadian.

Contrairement aux nombreux fous de la ville qui dorment à la belle étoile, Félix est un chanceux qui bénéficie de l’affection et compréhension de sa sœur cadette l’ayant emménagé un studio dans sa parcelle sis à l’aéroport même.

Félix était rentré de la Suisse où il vivait depuis ses 20 ans d’âge en 2019 enterré dignement son père qui l’a envoyé en Europe. Alors que sa famille paternelle voulait précipiter l’inhumation de son père, il s’y était opposé exigeant que deux autres membres de la famille vivant au Sénégal n’arrivent d’abord. Une opposition qui serait parait-il à la base de sa folie.

Déjà à la veillée mortuaire, certains membres de la famille le taxaient de prétentieux venu leurs prouver sa réussite en réservant à son père des obsèques dignes dans son village au Bas-Kouilou. Il y tenait étant garçon unique de ses parents.

Sa folie a commencé juste après l’inhumation de son père au Bas-Kouilou et malgré toutes les solutions traditionnelles entreprises par sa sœur et famille maternelle, Félix n’est toujours pas guéri et est bloqué au Congo. Son épouse Suisse qui est venue au Congo n’a pas pu non plus le ramener en Europe le faire soigner. Les compagnies aériennes refusaient d’embarquer un fou.