Moungali : moribond, un homme confesse être le père biologique de six enfants des couples du quartier

0
1794

Un scandale trouble le quatrième arrondissement de Brazzaville avec la confession d’un vieux sur sa paternité. Des couples qui jusque là vivaient en paix ont appris que l’un de leurs enfants n’était pas de l’époux officiel, mais de ce voisin moribond. « On comprend mieux pourquoi ce voisin n’aimait jamais se marier ou vivre en couple ! Il passait son temps derrière les femmes de ses voisins », commente le quartier.

Au Congo, on a toujours dit que nombreux sont des hommes qui élèvent des enfants qui ne sont pas les leurs. Leurs femmes se font enceinter dehors et leurs collent des grossesses qui sont obligés d’accepter. Ce qui vient de se passer dans les encablures de la rue Djoué à Moungali en est un exemple palpable.

Moribond, Jacques M s’est confessé pour ne pas s’en aller avec un secret qui rongeait son cœur depuis des années. Alors que tout le quartier ne comprenait pas son célibat endurci, le shériff gérait sa vie au calme très conscient d’avoir six enfants reconnus par d’autres hommes et qui s’en occupaient.

Celle que Jacques M présente comme sa première fille est en année de licence alors que le dernier est au collège. Six enfants du quartier viennent d’apprendre que leur père biologique est ce voisin, qu’ils appellent affectueusement « tonton!»

Certains songeurs réalisent maintenant pourquoi Jacques M aimaient tant partager de l’argent à ses six enfants et ne manquaient jamais de se préoccupés pour eux plus que d’autres enfants du quartier.

Les pères officiels de ses enfants n’en reviennent pas de cette trahison de leur voisin et de leurs épouses. Ils sont confrontés à la réalité et ne savent pas si rejetés les enfants qu’ils ont toujours cru être siens. «  Dieu merci qu’il soit moribond sinon il aurait remboursé tout ce que j’ai dépensé pour son enfant ! » a déclaré un père cocu qui a demandé à la famille de Jacques de récupérer leur enfant qu’il a pourtant élevé.

Certains reprochent à Jacques M d’avoir livré ce secret au lieu de mourir avec pour le bien de ses enfants.