Les populations du Sud ne veulent plus faire louer leurs maisons aux policiers venus d’ailleurs

0
1847




L’assassinat de Merveille Bazonzila de 23 ans et sourde muette par un gendarme venu d’ailleurs à Nkayi continue de plonger la ville dans l’émoi. Bien avant, c’était l’ex agent des eaux et forêts Serge Mafoumbi, à Dolisie qui a trouvé la mort dans les mêmes circonstances. Les populations des villes du sud du pays ont décidé ne plus avoir comme locataires de leurs habitations à des policiers ou gendarmes venus d’ailleurs. Elles constatent que leur hospitalité est bafouée par ces gens.




Les scènes de pillage des domiciles des éléments de la gendarmerie affectés à Nkayi, quatrième ville du Congo, suite à l’assassinat par un des leurs de Merveille Bazonzila sur le non port du masque, prouvent à suffisance l’exaspération de la population sur le comportement envers les agents des forces de l’ordre non autochtones.




Pour une bonne partie des citoyens de Nkayi, Madingou, Loudima,Dolisie, Sibiti et Mouyondzi, désormais il sera très difficile pour des policiers venus d’ailleurs de se faire loger dans leurs localités. Ces gens-là qu’ils reçoivent à bras ouvert et logent à des prix dérisoires, sont les mêmes qui leurs causent du tort.

Des policiers et gendarmes, originaires du nord, se comportent en gangster dans cette partie du pays, encouragés par leur hiérarchie. Aucune pédagogie n’est appliquée face aux populations.




On a tous vu les images de l’intronisation d’un chef coutumier à Gamboma par la députée Olou, où on pouvait remarquer le non port du masque par la population venue en masse assister à cet événement suivi d’une caravane. Pourtant la police était présente.

Il reviendra de ce fait à la hiérarchie militaire et policière de construire des camps militaires pour loger leur éléments venus du nord dans la seul but de réprimer.