A Nkayi, Merveille était tuée, au même moment à Gambona ça jubilait sans masque

0
2268





Contrairement dans les villes du sud du pays où les policiers et gendarmes brutalisent les populations sur la question du port du masque ( cache-nez), dans celles du nord, aucun contrôle n’est fait et les populations vaquent à leurs occupations tranquillement sans être inquiétées. Alors qu’à Nkayi, un gendarme battait à mort la jeune Merveille pour n’avoir pas porté son masque, à Gamboma au même moment, des jeunes autour du nouveau notable intronisé par la députée analphabète Olou, défilaient dans les rues sans masque aux yeux des gendarmes et policiers.




Le même jour que Merveille Bazonzila de 23 ans, se faisait battre à mort par un gendarme pour le non port de masque, à Gamboma, les populations jubilaient dans la rue sans respecter la distanciation et sans masque au su et vu des forces de l’ordre. Rien ne pouvait leur arriver, étant donné que la partie nord du pays est exemptée des représailles pour être les vrais Congolais.

Au Congo, se faire nommer député ou ministre pousse certains à vouloir en retour étendre leurs pouvoirs dans leurs villages d’origine. C’est le cas de la députée analphabète du PCT, Madame Olou, qui a déclenché la clameur en imposant un chef coutumier de son choix à Gamboma.




Après la désignation par elle du chef coutumier Mbakouo au nom de Arsène Mbon, une caravane a été organisée pour le présenter à la population. On pouvait remarquer facilement comment les gens n’avaient pas porté de masque, ni respecter les mesures barrières. Mais que dire! Ce sont les nordistes et en ont pleinement le droit.

  

Déjà, depuis des mois, des voix s’élèvent pour dénoncer cette injustice sur une cause pourtant sanitaire. Les mêmes qui crient au tribalisme matin, midi, soir brutalisent les populations des villes et ferment les yeux sur celles du nord pour les mêmes faits.




A en croire, ces réels tribalistes, le Coronavirus ne s’attaque qu’aux populations vivants dans les villes du sud et est clémente envers celles des villes du nord. Pourquoi ce poids de deux mesures ?

Merveille Bazonzila s’en est allée au même moment où pour les mêmes faits, les populations de Gamboma jubilait.