Les agents véreux des Impôts qui arnaquent les commerces menacés de suspension

0
856

Ce jeudi 10 février, le ministre délégué au Budget, Ludovic Ngatse a invité le fisc congolais à lutter efficacement contre les antivaleurs en vue de de la sécurisation des recettes de l’Etat. Le personnel des Impôts, notamment les inspecteurs qui seraient impliqués dans des affaires de fraude fiscale seront sévèrement sanctionnés, a-t-il annoncé. 

Les chefs des structures des Impôts du département de Brazzaville ont eu un échange avec le ministre délégué au Budget, Ludovic Ngatsé, ce jeudi 10 février, à Brazzaville. C’était en présence du directeur général des Impôts et des domaines, Ludovic Itoua.    

Dans son propos, le ministre délégué a relevé la nécessité d’élargir l’assiette fiscale en procédant à l’inventaire effectif de tous les contribuables et en enrôlant les commerçants non-inscrits aux registres du ministère des Finances.

Il a ainsi mis en garde contre les pratiques frauduleuses dans la collecte des taxes et impôts opérée par certains agents véreux. 

« En matière de sécurisation des recettes, il a attiré l’attention des inspecteurs des Impôts qui seraient encore tentés de recevoir l’argent liquide des contribuables à la main. Car, le contribuable doit se rendre au Guichet Unique de Paiement (GUP) logé à la Banque postale du Congo (BPC) », rapporte le ministère des Finances, du budget et du portefeuille public.

Face à cet état de fait, Ludovic Ngatsé a laissé entendre qu’une enquête sera ouverte et le ministère se réserve le droit de prononcer des sanctions fermes contre tout agent qui se fera prendre.

« Si nous avons des preuves, les personnes concernées seront renvoyées d’abord de leur responsabilité et sanctionnées par rapport à la réglementation », a-t-il indiqué. 

Avant de clore son propos, le ministre a par ailleurs fixé l’objectif de cette année. Les services des Impôts ont la mission de récolter 577 milliards F CFA au titre des impôts 2022, soit 107 milliards de F CFA d’efforts supplémentaires comparativement à l’année dernière (470 milliards FCFA).