Le Congo est le pays le plus endetté de la Cemac en 2022

0
1274

En 2022, la République du Congo s’est affiché comme le principal Etat membre de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) en termes d’endettement. Selon les statistiques du Fonds monétaire international (Fmi), la dette publique congolaise a été évaluée à 99,6% du produit intérieur brut (PIB) l’année dernière. 

Le groupe Africa Bright (ABG), une banque d’affaires indépendante qui déploie ses activités dans plusieurs régions du continent africain notamment au Maghreb, dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), a rendu public un rapport en mai 2023 « Perspectives macroéconomiques des pays de la Cemac»

Il s’agit d’un document rédigé sur la base des publications du rapport du Fonds monétaire international (Fmi), « Perspectives économiques régionales : Afrique subsaharienne » qui est publié deux fois par an. Il incorpore aussi des recherches issues des données de la Banque mondiale (BM), de la Banque africaine de développement (BAD), de Fitch Ratings et des différents pays de la zone Cemac, afin de présenter aussi bien l’environnement macroéconomique actuel que les perspectives économiques. 

Ce rapport a dévoilé le classement des pays les plus endettés de la Cemac en 2022. Un taux d’endettement en pourcentage du produit intérieur brut (PIB).

Le Congo occupe la première place avec 99,6% suivi par le Gabon (55,1%) ; la République centrafricaine RCA (50,7%) ; le Tchad (50,4%) ; le Cameroun (46,4%) et la Guinée Equatoriale (27,1%). 

La dette publique du Congo, qui était déjà insoutenable avant la pandémie de Covid-19 s’est établie à environ 107,9% du PIB en 2021, menaçant la stabilité de l’ensemble du système financier. 

Face à cette situation, le gouvernement congolais a entamé un processus de restructuration de la dette avec ses créanciers et s’est engagé à la prudence budgétaire.  Ainsi, la dette publique congolaise a amorcé une trajectoire de baisse depuis 2020, une tendance qui s’est poursuivie en 2022.

Selon les données de l’institution de Bretton Wood, la dette publique a reculé à 99,6% du PIB en 2022 et devrait encore baisser à 96,5% du PIB en 2023 et à 89,2% du PIB en 2024. 

Pour maintenir la stabilité macroéconomique et soutenir la reprise économique de notre, les autorités gouvernementales ont signé avec le Fmi un accord de 36 mois au titre de la Facilité élargie de crédit (Fec) d’un montant d’environ 455 millions de dollars. 

Par ailleurs, l’agence de notation Fitch Ratings vient d’abaisser la note souveraine de la République du Congo, et entrevoit des « perspectives stables. »

« Fitch Ratings a confirmé, en février 2023, la note “CCC+” de la dette souveraine du Congo, avec des perspectives stables. Cette confirmation de la note de la dette souveraine s’explique par plusieurs facteurs notamment : l’amélioration dans la gestion des finances publiques et l’amélioration des perspectives de croissance économique. »