Le budget de la CNTR adopté à plus de deux milliards FCFA

0
1044

Le budget de la Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques (CNTR), exercice 2023, est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 2 378 374 000 FCFA, soit une augmentation de 64% par rapport au budget de l’exercice 2022.

Les participants à la troisième session ordinaire budgétaire de la CNTR ont adopté les rapports de missions des sous-commissions ad hoc ainsi que celui portant relecture du code relatif à la transparence et à la responsabilité dans la gestion des finances publiques.

Le président de la CNTR, Joseph Mana Fouafoua, a rappelé que les préconisations affichées au regard du PTA s’inscrivent dans l’intensification et l’opérationnalisation des missions d’enquête de terrain et de proximité. Le but étant d’être plus près des gestionnaires et mandataires des finances publiques pour mieux s’assurer de l’observation de la transparence et de la redevabilité dans la gestion des ressources publiques. Selon lui, le but recherché n’est pas forcément de débusquer les indélicatesses du fait des acteurs à cols blancs pour d’éventuelles sanctions, mais aussi de plébisciter les gestionnaires modèles dont la République a grandement besoin« Les études, les enquêtes et auditions menées entre-temps nous ont permis de rencontrer des cadres rompus à la tâche qui accomplissent avec abnégation leurs fonctions. Nous saluons ici leur sens élevé de responsabilité. A contrario, nous mettons en garde les autres, qui sont peu exigeants à l’égard des règles de gestion des finances publiques. Nous les exhortons à s’améliorer pour leur propre bien et celui de la République », a-t-il invité.

Un programme ambitieux

 La CNTR a, en effet, inscrit parmi ses missions traditionnelles en 2023, l’organisation des échanges interactifs avec certaines entités de la société dont les conseils consultatifs constitutionnels, les élus locaux. Il s’agira de travailler étroitement pour recueillir leurs contributions sur les thématiques liées à la bonne gouvernance dans le pays, mais aussi mettre à leur disposition les informations sur les supports à vulgariser cette année. Il s’agit, entre autres, du numéro vert 47 48 déjà opérationnel et du site web en cours d’implémentation. Ainsi, Joseph Mana Fouafoua espère qu’avec ces outils de communication, particulièrement le numéro vert et le site web, son institution aura créé les conditions d’échanges interactifs avec les concitoyens, non pas pour dénonciations fallacieuses mais pour des suggestions et contributions allant dans le sens de l’amélioration de la gouvernance financière dans le pays.

2023 sera aussi consacrée à l’élaboration, avec l’appui des partenaires techniques et financiers au développement, d’un plan stratégique triennal de la CNTR 2023-2027, en se fondant sur le plan stratégique national 2020-2029 de la réforme du système de gestion des finances publiques. De même, le basculement du budget des moyens vers le budget-programme dans lequel l’enjeu 4, à savoir une gestion fondée sur l’efficience et la transparence, est une interpellation de la CNTR en tant qu’institution transversale de mise en œuvre des réformes.

Afin de mutualiser les actions avec les autres institutions œuvrant pour l’amélioration de la gouvernance, notamment le ministère du Contrôle d’Etat, la Haute autorité de lutte contre la corruption et la Commission nationale des droits de l’homme, il est prévu l’élaboration d’un plan de convergence avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement. L’institution entend aussi mener une telle démarche avec le Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, dans le cadre des industries minières et pétrolières afin de circonscrire les synergies à mettre en place pour une meilleure traçabilité de la transparence dans ces deux secteurs-clés de l’économie nationale. « Avec les moyens mis à notre disposition, peut-être pas suffisants, nous devrions être capables de remplir avec zèle et courage nos missions telles qu’elles ont été prescrites par la loi. Je nous invite donc à nous mettre résolument au travail, selon les règles de l’art et le désir du travail bien fait, en adoptant des comportements novateurs et responsables. Ceci pour continuer de mériter de l’estime placée en nous par nos concitoyens », a conclu Joseph Mana Fouafoua.