Jean-Luc Mouthou interdit de faire de l’école publique un fonds de commerce

0
1413

Le ministre de l’Enseignement primaire, préscolaire, secondaire et de l’alphabétisation, Jean-Luc Mouthou a fustigé ce mardi 11 janvier, le racket des élèves par certains enseignants des écoles publiques au profit de leurs centres d’encadrement parallèles.  

Le corps enseignant du district de Gamboma, dans le département des Plateaux a eu une séance de travail ce mardi 11 janvier avec le ministre de l’Enseignement primaire, préscolaire, secondaire et de l’alphabétisation, Jean-Luc Mouthou. 

Ces enseignants ont été rappelés à l’ordre par le patron de l’enseignement général suite aux faits de racket des apprenants dans les écoles publiques congolaises qui lui ont été rapportés.  

“A aucun moment nous n’avons à monnayer les enseignements vis-à-vis de nos enfants. Nous ne pouvons pas donner quelques exercices d’application et quand l’enfant n’a pas compris, exiger de lui qu’il vienne au TD, parce que le TD est payant. C’est une forme de privatisation de notre système, et ça nous interdisons fermement« , a-t-il déclaré.

Pour le ministre, la pratique des travaux dirigés (TD) dans les centres d’encadrement animés par ces enseignants de l’Etat ne doit en aucun cas empêcher le fonctionnement des cours dans les écoles publiques. 

« L’enfant se doit de comprendre son enseignement dans la salle de classe, c’est là que ça se passe. Si l’enfant n’a pas compris dans la salle de classe, l’enfant ira comprendre éventuellement à la maison. Comment ? on lui donnant des exercices, en le mettant en relation avec ses parents”, a-t-il rappelé.

Le ministre a appelé à la responsabilité les acteurs du système éducatif national et au sens du devoir vis-à-vis de la nation. 

“Nous sommes dans un domaine public, nous devons nous interdire de privatiser notre système éducatif. Nous sommes payés par l’Etat, pris en charge par l’Etat, nous avons été formés par l’Etat. Ce n’est que le moment de la restitution, rendre à la communauté nationale tout l’investissement que l’Etat a consenti en chacun d’entre nous« , a-t-il souligné. 

En marge de cette rencontre, Jean-Luc Mouthou a réceptionné un nouveau bâtiment de l’école du village de Tsou à 15 km du district de Gamboma, don de Michel Dzambala, natif de ce village.