Fête de la Nativité : des jouets pour des enfants hospitalisés au CHU-B

0
669
Exif_JPEG_420

Plusieurs dizaines d’enfants admis pour les soins de santé dans les services de pédiatrie nourrissons et de cancérologie au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) ont reçu, le 22 décembre, des mains de Diana Attye, directrice de la Fondation Burotop Iris, des jouets de Noël pour stimuler leur joie.

Aux yeux d’un adulte, les jouets de Noël peuvent sembler bien inutiles, mais sont indispensables pour le développement et l’épanouissement d’un enfant. En effet, le geste généreux de la Fondation Burotop Iris a ému les enfants hospitalisés, leurs parents, les garde-malades et le personnel soignant du CHU-B.

Au terme de la réception de ces jouets, les langues se sont déliées, bénissant le donateur. « Merci beaucoup. Nous sommes très contents pour cette donation », a indiqué Barnabé Ornella, 32 ans et mère de jumelles de seize mois. Pour sa part, Grâce Bavouivitsi, 34 ans et mère d’un garçon de vingt-deux mois, surnommé Mamadou Camara, a déclaré : « Que Dieu aide la fondation à s’épanouir pour qu’elle continue à accomplir sa mission ».   

Les jouets de Noël ont leur importance dans la croissance de l’enfant, car ils lui apportent beaucoup, que ce soit sur le plan intellectuel, moteur ou social et stimulent diverses parties de son cerveau. « Avec les jouets, l’enfant peut apprendre, par exemple, le partage, la patience lorsqu’il faut attendre son tour, l’importance du respect des règles et de chacun. Au-delà de tout cela, il apprendra à découvrir d’autres enfants, à exprimer ses propres émotions et appréhender celles des autres. Enfin, les jouets peuvent aussi servir à créer des liens entre l’enfant et l’adulte. Ainsi, on peut opter pour des jouets améliorant sa logique, son équilibre, sa créativité ou encore sa dextérité », a expliqué une psychologue au CHU-B qui a requis l’anonymat.

Outre les jouets, la Fondation Burotop Iris a secouru un enfant hospitalisé au service de cancérologie en lui apportant des stocks de couches jetables, du lait, une enveloppe financière dont la montant n’a pas été indiqué et bien d’autres produits. « Notre satisfaction ne peut qu’être la joie car le mois de décembre est consacré à la fête des enfants. Psychologiquement, le jouet est un traitement car la joie de l’enfant peut activer les cellules malades et contribuer au remède de l’enfant », a indiqué Gaël Ondzé Ngouabi, surveillant au service de pédiatrie nourrissons.   Signalons que la fondation Burotop Iris   œuvre à l’amélioration des conditions de vie des hommes, des femmes et des enfants dans quatre principaux champs d’action : l’éducation, la santé, le social et l’environnement.