Insertion sociale: des femmes handicapées formées aux activités génératrices de revenus

0
770

Le collectif Liloba, une branche qui s’occupe des questions du genre au sein de l’organisation non gouvernementale Observatoire handicap humanité (H20), a lancé officiellement, le 17 février à Brazzaville, la campagne de formation des jeunes filles et femmes handicapées sur les activités génératrices de revenus, à son siège dans le septième arrondissement, Mfilou.  

La formation débutera en mars avec la première équipe formée en top vente pour améliorer la vente et rende l’activité rentable. Trente-sept femmes handicapées dont des jeunes filles et femmes en bénéficieront par vague en top vente, top départ et en perlerie pendant un mois.

Cette formation est intitulée « Elengui ya mosala » pour redonner la joie d’apprendre à cette catégorie de personne exclues du système éducatif de base par manque de politique sociale, a expliqué l’animatrice principale du collectif Lilioba, Gustavine Louzolo Massangha, dans son allocution de circonstance. Elle s’inscrit dans le cadre du programme d’activités 2022-2023, avec l’appui technique de l’Institut européen de coopération et de développement, Congo entreprise développement ainsi que l’Institut Chic-perle.

« Les inégalités que vivent les personnes handicapées dans la société ont permis aux femmes vivant avec handicap de se lancer dans l’apprentissage des métiers et le commerce informel. C’est dans la démarche de correction des erreurs de nos sociétés qui, depuis des décennies, ont placé la personne handicapée au second rang que le collectif Liloba s’est assigné la mission de formation qualifiante et adaptée aux personnes handicapées avec des classes inclusives depuis 2022 sur un échantillon de cent femmes », a-t-elle indiqué.

Cynthia Ndalla, une des membres d’une micro finance, a assuré à cette occasion les femmes handicapées de l’octroi des crédits.

Notons que cette formation est couplée à la sortie officielle de l’organisation non gouvernementale H20. L’objectif est d’œuvrer dans les domaines de l’humanitaire, du développement, des violences multiformes ayant pour base le genre faites aux jeunes filles et femmes handicapées.

H20 est composée d’un bureau de cinq membres dirigé par Emmanuel Bati. Un secrétariat général chargé du genre  est assuré par Gustavine Louzolo Massangha, un secrétariat aux relations extérieures et à la communication assuré par Rodolphe Gassaye Mouandza, ainsi qu’un secrétaire aux projets, Armand Blaise Balembokanzi et une trésorière, Marlère Larine Yimbou.

Le bureau a un mandant quatre ans et a pour rôle de contribuer à l’amélioration de l’arsenal juridique et régénérer la dignité de la femme handicapée urbaine et rurale.