François Kando, le maire Vili le plus inutile de Pointe-Noire

0
1065

Pointe-Noire est la capitale et poumon économique du Congo. Le pétrole extrait au large de cette ville est la ressource qui soutient l’économie Congolaise et modernise les localités de l’arrière pays. Une visite dans ce que les gens appellent Ponton La Belle donne l’impression préhistorique de cette ville, pourtant presque tous les administrateurs maires ayant dirigé cette métropole sont des autochtones. Le dernier en date est l’actuel au nom de Jean François Kando qui excelle par une nullité ahurissante.

Parfois rien ne sert d’accuser le pouvoir Mbochis d’être auteur du malheur de la ville de Pointe-Noire quand on sait que tous les maires de cette ville sont originaires du Kouilou. Un vrai père de famille est celui qui veille toujours au bon fonctionnement de sa maison et bien-être de ses enfants.

Jean François Kando, qui est pourtant Vili, une fois parachuté à la tête de la mairie, passe plus du temps à s’intéresser aux ressortissants du Nord vivant à Pointe-Noire qu’au bien-être de ses mandants. En quoi sert réellement le « MuVili Tchibamb », si le propre autochtone se plaît à vivre comme au moyen âge.

Il est vrai que la mairie est directement influencée par le pouvoir central à Brazzaville, mais la volonté et l’amour de sa ville font pencher les positions et brisent les montagnes. Déjà à voir l’état des routes dans la ville , l’urbanisation, le manque criard d’infrastructures et les recettes qu’engendre Pointe-Noire, on se demande bien à quoi sert le maire ?

Pointe-Noire, ressemble à un gros village alors qu’Oyo, qui contribue en rien au PIB du pays jouit d’une attention spéciale. L’incompétence et le manque de vision du maire actuel contribuent au statu quo dont souffre la ville.

Au lieu d’attaquer les problèmes réels dont font face la ville, Jean François Kando passe son temps à faire la ronde des quartiers pour parler du PCT et de son chef Denis Sassou Nguesso. Jamais, il n’aborde dans ses rencontres avec les chefs des quartiers, les problèmes auxquels sa ville fait face. Un suppôt des Sassou Nguesso dans Pointe-Noire.

En demandant aux confessions religieuses de mobiliser leurs fidèles pour accueillir le président à pointe noire, Mr Jean François Kando, maire de la ville de pointe noire viole sans être inquiété les dispositions de la constitution en son article 24. » Toute manipulation, tout embrigadement des consciences, toutes sujétions de toutes natures imposées par tout fanatisme religieux, philosophique, politique ou sectaire sont interdits et punis par la loi ».