Edgar Nguesso a embauché 6250 travailleurs dont 5700 fictifs au domaine présidentiel

0
6812




 

Au Congo, Denis Sassou Nguesso continue de faire fi de la cure d’austérité exigée par le FMI,alors qu’aucune amélioration de la situation chaotique dans lequel se trouve le pays n’est constatée.

Alors que le gabonais Ali Bongo vient de restructurer son propre cabinet, jugé pléthorique pour se mettre en conformité avec les exigences du FMI, le dieu d’Oyo tarde lui à mettre en pratique les mesures similaires au Congo. Le FMI a conditionné son aide au pays à une cure d’austérité drastique et une réduction importante du train de vie de l’État en quasi-faillite à cause des mauvais choix de ses gouvernants.




Non seulement Denis Sassou Nguesso n’ a pris aucune mesure en ce sens, mais continue de procéder à des nominations farfelues dans le but de placer des proches. Il n’a pas davantage appliqué les préconisations de l’inspection générale d’État (IGE) pourtant mandatée par lui-même à plancher sur une réorganisation en profondeur des services de la présidence.

L’IGE qui a recensé l’année dernière, l’ensemble des agents de la présidence a notamment pointé quatre départements techniques truffées,selon elle, « d’emplois fictifs ou de complaisance ». Parmi ces départements figure en bonne place, la direction du domaine présidentiel (DDP) gérée par le colonel et neveu de Denis Sassou Nguesso, Edgar, dont l’animosité avec Kiki est palpable.

Edgar Nguesso a transformé la DDP en véritable ministère qui ne dit pas son nom. Il a embauché plusieurs collaborateurs, dont un directeur du cabinet ainsi que plusieurs conseillers à Brazzaville et dans tous les chefs-lieux des départements du pays. Son DAF, Remy Ayayos a profité de cette position pour renflouer les caisses de son ex équipe AC LEOPARD de Dolisie, qu’il a quitté précipitamment avec l’éclatement de la crise économique.

L’IGE a recensé plus de 6250 employés aux frais du domaine présidentiel dont 90 % seraient fictifs. Physiquement, la DDP ne compte que 550 travailleurs, alors que sa masse salariale indique 6250. Il est évident que cet argent destiné aux 5700 fictifs prend une autre direction.




Denis Sassou Nguesso continue de jouer au ping pong avec l’institution monétaire. «  Tant qu’il va pouvoir payer les salaires avec l’argent caché, et avec l’aide de Total, Sassou résistera » affirme un cadre du FMI