Économie : Début du premier Recensement général des entreprises

0
236





Le ministre en charge du Plan et de la statistique, Mme Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babakas, a lancé le 22 octobre à Brazzaville, la phase de dénombrement du premier Recensement général des entreprises du Congo (Regec), en vue d’une connaissance maîtrisée du tissu entrepreneurial.




Financée par la Banque mondiale à travers le projet de Renforcement des capacités en statistiques (Pstat), cette enquête va contribuer à la mise en place d’un système intégré et structuré d’informations sur les statistiques d’entreprises à travers un répertoire de référence qui n’existe pas à ce jour. Ce répertoire servira de base de sondage aux enquêtes d’entreprises.

Ce rencensement d’envergure nationale permettra de combler un retard sur les informations statistiques fiables et complètes sur la nature et la structure des entreprises exerçant au Congo, au bénéfice des décideurs.

La photo de famille des participants

«Connaître les opérateurs privés, leurs locaux, leurs activités et le nombre de leurs employés, telles sont les questions auxquelles il est urgent pour le gouvernement d’apporter des réponses précises. Cela permettra d’asseoir une politique publique performante de soutien aux entreprises, dans l’optique d’une structuration d’un secteur privé fort, donc d’une contribution significative à la construction d’une économie diversifiée», a dit Mme Ebouka-Babackas.




Par ailleurs, elle a fait savoir que ce système aidera à actualiser et à mettre en place des indicateurs structurels et conjoncturels pour la formulation, le suivi et l’évaluation améliorée des politiques de développement mises en place par l’exécutif.

Au cours de cette cérémonie, Mme Ebouka-Babackas a invité les partenaires au développement, tant bilatéraux que multilatéraux, à accompagner les efforts déployés par le Congo dans la mise en œuvre des options prioritaires du gouvernement en la matière. Elle a aussi exhorté les dirigeants et cadres de l’Institut national de la statitstique (Ins) à faire preuve de rigueur dans leur travail et les autorités locales civiles et militaires à faciliter la mission des agents de terrain.

De même, elle a invité les agents attachés à accomplir leur mission dans le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour la riposte à la Covid-19. Aussi, elle a appelé les responsables des unités économiques à reserver un accueil chaleureux aux agents recenseurs et à mettre à leur disposition toutes les informations requises.




Le Regec va se faire en plusieurs étapes décisives, selon les normes,internationales. Après avoir réalisé le répérage des unités économiques et la cartographie des zones de déploiement des agents recenseurs en 2019, l’Ins s’appête désormais à démarrer la phase de dénombrement des unités économiques.

La phase de l’an dernier a permis de repérer près de 82.000 unités économiques implantées sur le territoire national, évoluant aussi bien dans le secteur formel qu’informel. Les informations recuiellies au cours de la phase précédente vont être complétées au cours de la phase de comptage physique qui s’ouvre.

En reconnaissance de l’importance de la production des statistiques fiables, le 20 octobre dernier, le Congo a commémoré la 3ème UJournée mondiale de la statistique, dont le thème «Connecter le monde avec des données dans lesquelles nous pouvons avoir confiance» rappelle l’exigence pour tout système statistique de faire preuve plus que jamais de rigueur et d’éthique déontologique.

(ACI/Marlyce Tchibinda Batchi)