Décès en France du producteur et promoteur de musique Cyriaque Bassoka

0
860




Le funeste bilan face à la pandémie du Covid-19, au fil des jours, ajoute à la tragédie le trépas du Producteur Franco-congolais Cyriaque Bassoka, décédé le jeudi 9 avril, à l’hôpital de Corbeil-Essonnes, à 14 h 15

Les chiffres vont croissant. Les Congolais sont durement frappés. C’est à croire que les Congolais de France ont perdu l’immunité collective d’antan face à la catastrophe sanitaire du moment. Au rythme où vont les annonces de décès recensés, sans comparaison aucune d’un comptage ethnique, la communauté congolaise battra un triste record.




Dans cette comptabilité macabre, il faut désormais compter le décès de Cyriaque Bassoka qui aurait eu ses 60 ans effectifs le 8 décembre 2020. Il était entrepreneur individuel installé à Corbeil-Essonnes, près de Paris, où il résidait. Sa spécialité consistait à la reproduction d’enregistrements.

Le Franco-congolais s’est illustré avec les reproductions des œuvres de l’orchestre Bantous de la Capitale. Il a œuvré également pour la relance de la carrière solo de Pamelo Mounk’A.

Homme de culture, en 2011, avec son ami Stewart Célestin Sounda, en récréant l’ambiance des bars dancings au Congo, il a mis en place la guinguette africaine de Suresnes. En sept éditions, il a su fidéliser le public à ce divertissement sur les hauteurs du Mont Valérien.

En début d’année, il a été associé au Comité conjoint de rédaction de la candidature de la Rumba congolaise pour son inscription au patrimoine de l’humanité.




Fervent militant de l’apport déterminant de la diaspora africaine présente en France, il a milité pour la diversité culturelle« La diaspora africaine doit se ranger derrière celui qui veut les associer et développer avec elle les valeurs d’accueil, de modération, de partage et de dialogue », expliquait-il.

De Dakar au Sénégal, l’artiste Saintrick témoigne : « La vague funeste vient d’emporter notre grand frère Cyriaque Bassoka! Son nom demeura associé à ZHU Culture, à ma carrière, pour avoir contribué à la sortie de mon premier CD sur l’international, « YEKETI ». Plus qu’un coproducteur, ma famille perd un de ses fils ! Un grand producteur vient de nous quitter, un pilier de l’essor de la musique congolaise est parti se reposer. Que son âme repose en Paix ! ».