Cuvette : 2 milliards volés par des hommes armés dans les maisons des proches de Sassou

0
3394

Des témoins parlent des hommes armés avec un accent camerounais et centrafricains qui ont emporté quelques 2 milliards de cfa des résidences des caciques du pouvoir situées dans la Cuvette centrale. Parmi les victimes se trouverait le tout puissant Jean Dominique Okemba dont les fétiches n’ont eu aucun effet sur les braqueurs. Sont cités aussi Denis Gokana, Jean Jacques Bouya, etc.

La CEMAC peine à mettre ses nouveaux billets en circulation à cause des milliards que les autorités congolaises gardent dans leur cachette au nord u pays. Des hommes armés venus du Cameroun et de la RCA ont visiblement visiter toutes ces cachettes et sont repartis avec un butin de quelques 2 milliards de cfa.

A Boundji, dans le domaine privé de Denis Gokana, plus de 800 millions cfa bien gardés au sous sol d’une chambre blindée ont été emportés. Rappelons que Denis Gokana est le pétrolier du chef de l’État avec Lucien Ebata et l’échoué Willy Etoka. Ce ressortissant de Boundji possède toute une agglomération dans cette localité construite comme toujours avec l’argent du vol.

Les braqueurs qui ont investi cette cité sont allés droit au but comme s’ils détenaient en amont toutes les informations sur cette cachette. Ils sont allés ensuite dans les résidences du tout puissant Jean Dominique Okemba où ils s’en ont sorti avec un butin de 400 millions cfa. C’est là que certains villageois s’interrogent des effets réels des fétiches de ce neveu du chef de l’État qui n’ont pas empêché ce groupe de braqueurs d’opérer en toute quiétude.

La visite s’est poursuivie aux domiciles de Jean Jacques Bouya, Edgar Nguesso et d’autres dignitaires du cartel de l’Alima. Au total un jack pot de 2 milliards pour ces braqueurs qui ont pris la route de Ouesso.

Alors que le Congo peine à respecter les conditions imposées par le FMI pour bénéficier d’un soutien financier, des milliards responsables de cet orgueil des autorités congolaises sont logées dans des cachettes au nord du pays.

Saisi de l’affaire, la DGST impose un mutisme et soupçonne des proches du clan d’avoir fourmi des informations à ces braqueurs à défaut de les avoir engagé directement. Un officier de la police congolaise parle des règlements des comptes entre voleurs auxquels les congolais vont assister. « Tout le monde dans les villages sait que des maison inhabitées des dignitaires sont des banques et avec la crise, chacun cherche comment se servir » conclu l’officier.

Le cartel de l’Alima qui dirige le pays s’est caractérisé par sa facilité à détourner les fonds publics et à les cacher au nord du pays au lieu de se lancer dans les investissements d’intérêt général.