Congo : la voleuse la plus riche fait toujours la cuisine pour son mari

0
1131




Elle est devenue l’une des congolaises les plus riches en mode local grâce aux détournements continues des fonds publics confondus aux fonds propres. Elle s’appelait Antoinette Tchibota et est devenue Sassou Nguesso après la main noire de son mari actuel au frère d’Ange Diawara Bidié. Mère Antou, malgré sa richesse s’occupe toujours de son époux Denis.

Au Congo, il n’y a pas de riches comme tels, tous presque ne sont que des voleurs qui le sont devenus par de multiples sauvages détournements des fonds publics.

Ces voleurs nouveaux riches confondent pratiquement les caisses de l’État qu’ils considèrent comme leur bien personnel hérité au prix du sang des congolais. Ils en sont très fières et leur orgueil en un exemple. «  Na za na mbongo na nga » entend-on souvent de leurs bouches.




Le Congo est devenu selon un internaute le pays où les voleurs sont vantards et orgueilleux. La culture du vol des fonds public a été institutionnalisé au point où ceux qui ne le font sont traités d’idiots par leurs propres familles ou proches.

Mère Antou, la plus riche des voleuses du Congo s’assume toujours comme légitime épouse de son mari Denis Sassou Nguesso. Chaque jour, elle est la maîtresse de cérémonie de sa cuisine d’où sortent tout genre de bouillons appreciés par son homme.

A travers son ONG « Congo Assistance », elle essaie avec l’argent volé, de laver sa conscience en apportant une assistance multiforme aux démunis. Mais en réalité, elle les rend receleurs sans s’en rendre compte.




Le Congo observe avec stupéfaction l’apparition de nombreuses bienfaitrices grâce au vol perpétré par leurs époux ou elles-même. Ces soi-disantes femmes de bon cœur ont parfois le courage de faire venir la presse de leurs remises des Dons achetés avec l’argent volé ayant sacrifié des générations des Congolais.