« La morgue municipal est le poumon de la mairie de Brazzaville » selon son maire nommé Okemba

0
1100




Une déclaration bête qui reflète néanmoins les capacités intellectuelles de ce maire nommé par clientélisme et surtout sa volonté de marcher sur les cadavres des Brazzavillois pour se remplir les poches comme tout bon citoyen venu du nord du pays. Il n’ y a qu’un fou ou un sorcier qui peut faire ce genre de déclarations en plus au JT de Télé Congo.

Tout ce que vient de France n’est pas de l’or ou instruit. Christian Okemba, actuel maire de la ville de Brazzaville en est un exemple. Incompétent notoire et incapable de gérer la mairie, ses premières décisions ont consisté d’abord à placer les siens ( famille) aux postes stratégiques pour mieux voler.

Au Congo, même ceux qui étaient reconnus idiots au collège et lycée sont ceux qui dirigent actuellement avec les résultats dont on connaît tous.




« Si la morgue est le poumon de la mairie de Brazzaville, donc les morts en constituent l’oxygène, d’où le nombre des décès » a écrit un internaute révolté par ces propos aux allures sorcières du maire.

« On pourrait ainsi dire que l’état de délabrement de la ville et celui du CHU font partie d’un plan concerté de développement des recettes de la Mairie..au grand bonheur du maire et des fonctionnaires municipaux… » a renchérit un autre.

Christian Okemba a t’il fumé de la drogue forte de Mikalou avant de se présenter sur le plateau de Télé Congo ? En tenant ce genre de propos, il a sans doute mis en avant l’impunité dont jouissent les cadres du pouvoirs et surtout la passivité des citoyens.

Incapable de développer d’autres sources de recettes, Christian Okemba qui dit-on aurait vécu en France mise sur les cadavres des Brazzavillois pour se faire. Pourtant tout le monde sait que le Pool est le poumon de la ville de Brazzaville et non les morts.




Tout porte à croire que ceux qui nous dirigent adorent le sang des congolais au point d’en faire une source de revenus de l’administration. Christian Okemba devrait plutôt mourir pour que son cadavre soit un problème de moins pour les Brazzavillois