Concours direct : 9 509 candidats passent l’examen

0
1190

Le concours d’entrée dans les écoles professionnelles notamment de Santé, des Beaux-Arts, d’Administration, des Eaux et Forêst ainsi que celles des Instituteurs session 2023, a démarré le 3 août, sur l’ensemble du territoire national.

Au total 9 509 candidats repartis dans cinquante-six centres. Brazzaville compte à elle seule 5 588 candidats avec trente-et-un centres. Cette année, l’effectif des candidats est en baisse comparativement à l’année dernière.    

Les épreuves ont été lancées par le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement Technique et Professionnel,Paul Sony Benga. L’examen va  se dérouler du 3  au 4  août. La première journée a été consacrée à l’épreuve de Français pour tous les candidats. Tandis que ceux de l’Ecole nationale des Beaux-Arts, option Arts Plastiques ont planché sur le dessin d’imagination.  

La deuxième journée, les candidats affronteront les Mathématiques, pendant que ceux des écoles paramédicale de santé plancheront sur les Sciences de la vie et de la terre, et les postulants de l’Ecole nationale des Eaux et Forêts aborderont l’épreuve des Sciences physiques.

Pour l’Ecole nationale des Beaux-Arts, option musique, la culture générale et ceux de l’option Arts Plastiques, le dessin d’observation. Les candidats de l’Ecole nationale des instituteurs et de l’Ecole nationale moyenne d’administration auront pour épreuves les  Mathématiques et l’histoire-géographie.     

Au terme de la visite des différents centres, le président spécifique des Brevets, Roger Ngatsé, a noté le déploiement sur le terrain des délégués et contrôleurs de la Commission de lutte contre la fraude pour constater le bon déroulement de l’examen. Il a indiqué que le message délivré aux candidats a été celui de se munir de leurs pièces d’identité ou  de la fiche d’inscription, afin d’accéder dans la salle d’examen. En cas d’égarement des candidats, les mesures ont été prises pour permettre aux chefs des centres de retrouver le candidat. Selon Roger Ngatsé, aucun candidat ne peut avoir sur lui un appareil électronique.