Colombie: le baron de la drogue Otoniel détenu utilisait le port de Pointe-Noire

0
2371

Antonio Usuga, alias « Otoniel », le narcotrafiquant le plus recherché de Colombie a été arrêté samedi 23 octobre. Mais malgré cette belle prise des forces spéciales colombiennes cela ne devrait pas empêcher le pays de rester le plus grand exportateur de cocaïne au monde dont le déténu utilisait plusieurs ports africains dont celui de Pointe-Noire pour déverser sa marchandise en Europe.

Dairo Antonio Usuga, 50 ans et chef du Clan del Golfo, le plus puissant gang de narcotrafiquants de Colombie, a été arrêté lors d’une opération militaire et policière dans le nord-ouest de la Colombie. Inculpé par la justice américaine en 2009, il fait notamment l’objet d’une procédure d’extradition devant un tribunal de New York.

Ce narcotrafiquant était le plus recherché du pays et les États-Unis avaient offert 5 millions de dollars de récompense pour sa capture. Les premiers éléments de son arrestation montrent à quel point le capo de la drogue avait un carnet d’adresses importants en Afrique où plusieurs ports étaient utilisés comme plaque tournante du trafic.
Parmi ces ports africains qui servaient de transit à la cocaïne figure celui de Pointe-Noire au Congo. Le trafiquant Otoniel aurait des contacts hauts placés au Congo qui protégeaient sa marchandise où elle transitait avant de rejoindre l’Europe.
La Colombie prévoir transmettre toutes les informations recueillies aux autorités américaines qui ont déjà neutralisé plusieurs relais en Afrique de l’Ouest et au golf de Guinée.

C’est tout vêtu de noir et étrangement souriant qu’Otoniel est apparu sur les premières images, entouré par des militaires colombiens armés. L’arrestation de ce quinquagénaire, à la tête du plus puissant gang de narcotrafiquants de Colombie, représente « le coup le plus dur » porté par le gouvernement colombien au crime organisé dans le pays, selon le chef de l’Etat.

Un coup « seulement comparable à la chute de Pablo Escobar », s’est félicité le président Ivan Duque, qui a salué la capture de ce narcotrafiquant dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. Ce chef du cartel de Medellin (nord-ouest) a contrôlé jusqu’à 80% du commerce mondial de cocaïne et avait été abattu par la police colombienne en 1993.

Otoniel a lui été arrêté à Necocli dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Panama. Son arrestation a mené à une expédition dans la jungle, où il se cachait, « la plus importante jamais vue dans l’histoire militaire » de la Colombie, selon le président Ivan Duque. 

500 membres des forces de sécurité, appuyés par 22 hélicoptères et le soutien satellitaire des agences des États-Unis et du Royaume-Uni ont été mobilisé pour débusquer ce narcotrafiquant, chef du Clan del Golfo, formé d’anciens membres de groupes paramilitaires qui ont mené une lutte acharnée contre les guérillas de gauche jusqu’aux années 2010. 

Ce cartel, financé principalement grâce au trafic de drogue, à l’exploitation minière illégale et à l’extorsion, est présent dans près de 300 municipalités du pays, selon le groupe de réflexion indépendant Indepaz. Le gouvernement colombien accuse le clan d’être l’un des responsables de la pire vague de violence qui secoue le pays depuis la signature de l’accord de paix en 2016 avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxiste).