Clément Mouamba dans le coma après une opération compliquée de la prostate en France

0
9523




Selon des sources familiales, le premier ministre Clément Mouamba serait dans le coma suite à une opération compliquée de la prostate subit à l’hôpital américain de Neuilly. Le vieux de Sibiti qui est aussi diabétique n’aurait pas suivi à la lettre les recommandations des médecins sur un ralentissement de sa vie sexuelle. Faute d’hôpitaux à Sibiti et à Brazzaville, l’homme au yombo a du se rabattre sur la France pour fuir la mort qui le bipe.




Grand absent lors de la commémoration du manifeste de Brazzaville, du récent planting médiatique des arbres et surtout des opérations cosmétiques de salubrité publique des premiers samedis de chaque mois, le premier ministre honorifique de Sassou Nguesso est couché dans un lit de l’hôpital américain de Neuilly, dans la banlieue parisienne.




A Brazzaville, plusieurs personnes se sont interrogées sur son absence de la scène politique, alors que le pays venait de renouer sa confiance au groupe Total dans le contrat Djeno. Les féticheurs de Sibiti n’ayant pas de solution à sa maladie, Clément Mouamba a embarqué dans un vol à destination de la France pour tenter d’échapper à la mort.

Diabétique, et souffrant d’un cancer de la prostate, le premier ministre a subit une opération chirurgicale compliquée qui l’aurait plongé dans le coma. Bien que les médecins qui l’ont opéré restent confiants quant à sa récupération, le malaise existe suite au non respect par le malade des conseils.




Selon une source familiale, il a été conseillé à Clément Mouamba de modérer son rythme sexuel et d’éviter de se faire piper. Mais, le premier ministre aurait foulé au pieds ces interdictions et a plongé dans l’ambiance du goût.




A la primature, son entourage et tous les pistonnés prient pour que Mouamba revienne sain et sauf au risque de se retrouver au chômage. Quelques membres de sa famille se sont lancés aussi dans les rituels traditionnels du côté de la Lekoumou, bien que ses opposants souhaitent sa mort.