Clément Mouamba aurait demandé pardon à Dieu pour avoir bossé avec Sassou avant de mourir

0
3637

Dans son lit de l’hôpital Saint Joseph de Paris où il tentait d’échapper à la mort après avoir été déclaré positif au Covid au Congo, Clément Mouamba a su que son heure était arrivée. Selon des indiscrétions familiales, le fils de Sibiti aurait fait venir un homme de Dieu pour prier pour lui. Au cours de cette séance de prière, l’ancien premier ministre aurait insisté sur le pardon divin sur sa collaboration avec Denis Sassou Nguesso et son clan. Il est décédé 2 heures après.

« Ancien directeur général de la Banque Centrale Congolaise, ministre des Finances et Premier Ministre, le tout en près de quarante ans au service de l’État, mais avec un piètre bilan. Ce type de quidam demeurera à jamais dans la poubelle de l’histoire. Aux méprisants, le mépris. » est la colère d’un internaute à l’annonce du décès de l’ancien premier ministre Clément Mouamba.

Quand il a été nommé premier ministre en avril 2016 après la présidentielle qui a propulsé selon la vérité des urnes au deuxième tour Parfait Kolelas et Jean Marie Michel Mokoko, le peuple Congolais assoiffé du changement lui a prédis tous les malheurs du monde pour cette trahison.

Mais le Bayaka de Sibiti a néanmoins supporter 5 ans dans la boue du cartel de l’Alima qui ne lui a pas permis de réaliser ses objectifs. Il s’en plaignais toujours après son limogeage pour justifier son piètre bilan. Sa ville natale Sibiti ne ressemble toujours à rien et n’est toujours pas branché au boulevard énergétique du rêveur Sassou.

Avant même son évacuation en France, Clément Mouamba confiait à ses proches avoir repoussé plusieurs attaques mystiques de quelques membres du cartel de l’Alima. Atteint du Covid, il a été évacué d’urgence en France suite aux douleurs abdominales qui l’empêchaient de dormir.

Dans sa prière de pardon, Clément Mouamba a supplié à Dieu de faire preuve de sa miséricorde pour avoir accepté de travailler avec Sassou Nguesso et son clan et d’intercéder auprès des populations de la Lekoumou pour les objectifs non atteints.