Chine: le comité central du PCC se réunit dans un contexte économique morose

0
1051

Le 19e comité central du Parti communiste chinois (PCC) tient sa sixième session plénière à Pékin à partir de ce lundi 8 novembre 2021. Il se prolongera jusqu’à jeudi prochain. Le contexte est difficile pour le dirigeant Xi Jinping, à cause notamment du ralentissement de l’économie qui se poursuit.

Quelque 400 hauts dirigeants, réunis derrière les portes closes. Le contenu des débats du comité central du PCC n’a pas été publié, mais une résolution clé sur les principales réalisations et l’expérience historique des cent ans d’efforts du Parti devrait être examinée.

Cette manœuvre est perçue comme une tentative de préparer le maintien de Xi Jinping au pouvoir, lors du Congrès du Parti communiste chinois l’année prochaine. D’autant que les données économiques du pays sont mauvaises pour lui. Au troisième trimestre, la croissance chinoise a marqué le pas avec à peine 4,9% du PIB atteints sur un an. Du jamais-vu depuis les années 1990.

Les causes de ce ralentissement sont multiples. À commencer par la faible demande intérieure, traditionnel moteur de la croissance chinoise. En plus, Pékin a freiné les investissements des collectivités locales, en durcissant les conditions d’octroi de crédits. Le secteur immobilier, l’autre locomotive de l’économie chinoise, est en pleine crise, comme en témoignent les déboires du promoteur Evergrande.

Paradoxalement, ce ralentissement de l’économie ne semble pas préoccuper le gouvernement de Xi Jinping. Le président ne cesse d’insister sur la qualité de la croissance et la montée en gamme de l’industrie chinoise.   

En attendant, bon nombre de ménages chinois pourraient souffrir d’un hiver précoce, qui est en train d’arriver sur le nord-est chinois. Avec des vagues de froid, et des chutes de neige. Or, le pays subit déjà des pénuries d’électricité qui font bondir les coûts de production et pénalisent les chaînes d’approvisionnement.

Possible « résolution sur l’histoire » glorifiant Xi Jinping

Lors de cette sixième session plénière, se tenant jusqu’au 11 novembre, il n’y a pas de grandes décisions attendues, car tout est bouclé d’avance, comme l’explique Jean Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS et au CERI Sciences Po.

Selon lui, nous entrons dans la dernière ligne droite de la préparation du 20è congrès qui devrait consacrer la suppression de la limite des deux mandats pour Xi Jinping, afin de lui accorder la direction du Parti à vie. Mais on attend aussi une « résolution sur l’histoire ».