Ces Mbo­chis du Sud qui par­ti­cipent au com­plot contre le dé­ve­lop­pe­ment du Congo

0
2265

Au Congo même un bébé qui vient de naître est conscient que la faillite du Congo est la consé­quence di­recte de la mau­vaise gou­ver­nance du clan Mbo­chis. Ils ont prouvé à tout le monde qu’ils ne sont pas fait pour di­ri­ger d’où le lien entre vo­leur et Mbo­chis. Ces Mbo­chis du clan Sas­sou qui par­ti­cipent ac­ti­ve­ment au com­plot contre le dé­ve­lop­pe­ment du Congo sont sou­te­nus par leurs frères du sud au sein du gou­ver­ne­ment et d’autres ins­ti­tu­tions de la ré­pu­blique.

Dans tout com­plot il y a tou­jours des traîtres qui sont as­so­ciés en contre par­tie de quelques avan­tages. Après son san­glant coup d’État du 5 juin 1997, De­nis Sas­sou Nguesso s’est en­touré de ses frères du Sud pour pé­ren­ni­ser son règne.

Des Mbo­chis ori­gi­naires du Sud Congo l’ac­com­pagnent dans la des­truc­tion sans pité du pays et en sont fières, vou­lant même en­traî­ner d’autres dans leurs bê­tises. L’un de ces Mbo­chis du Sud qui est ori­gi­naire de Kin­damba dans le Pool a même émis le vœu d’être en­terré à Edou au ci­me­tière fa­mi­liale de la fa­mille Sas­sou Nguesso.

Comme les juifs qui ont en Israël leur terre unique, tous les Mbo­chis en­ne­mis du Congo se re­trouvent au sein du pou­voir dont ils sont prêts à dé­fendre avec toutes les armes. Les Mbo­chis du Sud ont sa­cri­fié leurs propres vil­lages au pro­fit du pou­voir et chaque 1er No­vembre aban­donnent leurs dé­funts pour al­ler s’in­cli­ner à Edou de­vant les tombes des ceux de Sas­sou Nguesso.

Ayant le feu vert de piller le pays à vo­lonté, ces Mbo­chis du Sud se croient tout per­mis dans leurs vil­lages et en­doc­trinent la jeu­nesse. Ils sont fières de je­ter les fleurs à leur dieu Sas­sou Nguesso alors que tout le monde sait qu’il est l’in­car­na­tion du mal congo­lais. Un grand com­plot contre le Congo ourdi par ces Mbo­chis du Sud dont le sous -sol sou­tient à 80 % l’éco­no­mie congo­laise.

C’est de­vant ces Mbo­chis du Sud que leurs frères du Nord ont érigé sept postes de péage sur 520 km de la RN1 alors qu’il n’en existe presque pas sur les plus de 800 km de la RN2.

Les Mbo­chis ori­gi­naires du Koui­lou en­cou­ragent leurs frères du Nord à dé­truire la ville de Pointe-Noire et à piller sans pi­tié les ri­chesses na­tu­relles de leur dé­par­te­ment. Pointe-Noire, une ville pé­tro­lière qui ne res­semble à rien au grand plai­sir de ces Mbo­chis du Koui­lou.