Bouenza: le pont sur la Louamba désormais opérationnel

0
625




L’ouvrage de franchissement situé à vingt-sept kilomètres de Kayes, dans le département de la Bouenza, a été inauguré, le 8 août, par le Premier ministre, Clément Mouamba, après d’intenses travaux exécutés grâce au Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale (PDAC).





Le pont sur la rivière Louamba est situé à la limite administrative entre les districts de Kayes et de Boko-Songo, sur la route qui mène à la frontière de la République démocratique du Congo. Les travaux lancés en 2013 n’ont pu se réaliser au rythme souhaité à cause des problèmes de financement. Ils ont été au dernier moment confiés au PDAC, un projet cofinancé par le Congo et la Banque mondiale, dans le cadre de l’aménagement de la piste agricole Kayes-Louamba.L’ouvrage est de type mixte, construit en acier, avec une portée libre de 40 mètres de long et 4,5 mètres de large. Sur le terrain, les travaux ont consisté, entre autres, au remplacement des éléments défectueux, la stabilisation du tablier, le renforcement des remblais, la construction des dalots d’équilibre, la construction d’une ceinture en gabions et des deux dalles de transition. Le coût des travaux est estimé à 949 millions FCFA.

« Les travaux de ce pont s’inscrivent dans le cadre du programme prescrit par le chef de l’Etat, qui consiste à conserver tous les équipements déjà construits dans le pays et à en créer d’autres. Nous poursuivons le désenclavement du paysIci à Kayes et Boko-Songo, nous n’avions su que réaliser un vieux rêve et sommes fiers de donner à la population ce joli cadeau », s’est réjoui le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba.




Pour le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Emile Ouosso, la construction de ce pont intègre le cadre d’un programme pluriannuel de construction et de réhabilitation  des ponts et autres ouvrages de franchissement, mis en place par le gouvernement.

Une route ouverte après tant d’années

Le pont inauguré fait partie du projet d’aménagement de cette piste agricole longue de vingt-sept kilomètres. Les travaux de cette voie ont été exécutés dans le cadre du Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale. Ils ont consisté notamment au nettoyage, débroussaillage, décapage de la piste, au bétonnage et au traitement des bourbiers sur l’ensemble du tronçon.

Au plan pratique, huit dalots y ont été construits et cinq autres réhabilités. La piste agricole rouverte dessert les villages Madi, Mouana-goma, Mpalou 2, Kibonga, Louamba 2, Mintoudia, Bouzitou et Kimbedi, couvrant une population d’environ 1.452 habitants. Les travaux sont déjà exécutés à plus de 95%. L’infime partie restante sera achevée sous peu, après l’expropriation d’une partie de plantations de canne à sucre de la société Saris Congo, a précisé le coordonnateur du PDAC, Isidore Ondoki. Le coût des travaus s’élève à plus de 346 millions FCFA.




1500 kilomètres de pistes agricoles à réaliser à l’horizon 2021

Le PDAC a pour objectif d’ouvrir et de désenclaver les bassins de production afin de permettre aux cultivateurs d’écouler leur production vers les grands centres de consommation. Actuellement, le projet exécute un linéaire de 741 Km de pistes agricoles sur l’ensemble du territoire national. Il tient à doubler le kilométrage l’an prochain.

« Le PDAC entretient actuellement 741 km de pistes agricoles dans tout le pays, dont 340 km sont en mode mécanisé. Le projet prévoit de lancer 800 km de pistes agricoles nouvelles. Notre objectif est d’atteindre à l’horizon 2021 un linéaire de 1500 km de pistes agricoles ouvertes afin de désenclaver les bassins de production », a souligné Isidore Ondoki.

Le PDAC, confie son coordonnateur, prévoit aussi l’électrification de quelques zones rurales identifiées dans les départements du Niari et du Pool.

La réception du pont et de la piste a eu lieu en présence du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Henri Djombo, la tutelle du PDAC.