Congo : 88 % de la population contre Sassou Nguesso selon l’ambassade de France

0
10481




C’est le résultat d’un sondage réalisé par l’ambassade de France au Congo entre Mars et juin 2020 en toute discrétion. 88 % des congolais ne veulent plus entendre parler de Denis Sassou Nguesso, accusé d’incarner le mal congolais. Pour les Congolais, interrogés, l’armée est devenue le point cardinal professionnel de tout un pays pétrolier, une preuve du manque de vision futuriste des dirigeants. Mais, aux élections, on donne facilement des pourcentages surréalistes.




La France a toujours cru que ses ex colonies d’Afrique ne doivent jamais échapper à son contrôle, ce qui du reste serait sa grande chute. Seuls les africains se plaisent encore à faire le lit à leurs ex colons. Les chefs d’États francophones sont présentés comme des pantins ou préfets de la France. La dernière bourde d’Alassane Ouattara sur le franc Cfa et son troisième mandat en est la preuve. La France soutient toujours celui qui défend ses intérêts, aussi dictateur soit-il.

Depuis qu’un conflit en sourdine encore, oppose Sassou Nguesso à Total, à Paris, toutes les éventualités sont mises sur la table.Accablé par les dettes, dues à sa mauvaise gestion, le préfet congolais de Paris, joue sur du chantage pétrolier pour faire fléchir la France, et paradoxalement, Paris lui cherche un successeur.




Depuis deux années, Paris parraine deux personnalités congolaises susceptibles de remplacer Sassou. Elles ont été reçues plusieurs fois à la cellule africaine de l’Élysée et même à Luanda en Angola par Joao Lourenço.

Depuis sa réélection contestée de 2016 , Paris est bien consciente de la perte de popularité de son préfet du Congo, lequel selon toutes les sources n’aurait recueilli que 8 % des suffrages. Les vrais résultats de ce scrutin de mars 2016, étaient bien parvenus à l’ambassade de France via les taupes que la France gère dans l’administration congolaise.




A paris, on sait depuis 2016 que Denis Sassou Nguesso ne jouit plus de l’affection de son peuple et ne se maintiendrait au pouvoir que par les armes. C’est la raison de la caporalisation de l’armée dans ce petit pays pétrolier d’Afrique Centrale.

Les services secrets français qui opèrent au Congo à travers de faux diplomates ont donc déclenché un processus de vérification de la popularité de Sassou qui s’est soldé par un résultat appuyant celui de mars 2016. Denis Sassou Nguesso ne jouit que 12 % de l’approbation des congolais.

A Oyo, le clan du tyran aurait été informé des résultats de cette étude et a décidé de renforcer leur pouvoir militaire. Alors qu’il n’a jamais été inquiété militairement par ses voisins, le Congo s’est lancé dans l’achat massif des engins de guerre.La crainte de la perte du pouvoir ravive les tensions dans le clan où tout le monde devient suspect.




Dans le rapport de cette étude, la surprise est de voir le Nord du pays, généralement favorable au pouvoir, lui tourner complètement le dos. Loin des yeux inquiétants, 90 % des populations du Nord boudent le pouvoir de Sassou, alors qu’au Sud, on atteint les 100 %.

C’est à Brazzaville, que le pouvoir de Sassou a encore quelques partisans composés en grande partie des ceux qui en profitent directement et indirectement.