Bordeaux: l’Ivoirien sans papiers fuit sa blanche de 46 ans qui l’obligeait 5 coups/jour

0
1831

Trop c’est trop ! Chantait Roga Roga avec son groupe Extra Musica. Un jeune Ivoirien arrivé en France deux ans plus tôt par l’Espagne et qui vivait en couple avec une française de 46 ans à Bordeaux a tout abandonné, ne pouvant plus supporter être utilisé comme un objet sexuel. Sa vieille mère lui obligeait de faire 5 coups chaque jour. L’Ivoirien s’est senti exploité d’autant plus sa copine hésitait d’engager la procédure de sa régularisation.

Rares sont les africains à avoir la réaction de ce jeune Ivoirien de 24 ans qui a bravé la méditerranée pour rejoindre d’abord l’Espagne avant de se retrouver en France. C’est à Bordeaux en Aquitaine qu’il a atterri conseillé par un ami qui vit aussi en couple avec une blanche âgée.

Très vite, le jeune Ivoirien a commencé à comprendre qu’en réalité qu’il ne servait que comme un objet de plaisir sexuel à sa copine de 46 ans. Chaque jour, il devait au moins assurer 5 coups au risque de se faire blâmer et menacer d’être chassé. « Avant qu’elle ne me chasse, je me suis chassé moi-même » raconte l’africain à ses compatriotes qu’il a rejoint dans la Banlieue parisienne.

En réalité les deux étaient dans une relation d’intérêts mutuels. Si l’Ivoirien avait trouvé un toit avec l’espoir d’avoir des papiers, la française pouvait enfin se réjouir de satisfaire ses appétits sexuels dont son ex époux et ses copains blancs en étaient incapables. Réputés être des bons baiseurs avec une virilité naturelle, les Africains sont le fantasme de certaines blanches.

L’Ivoirien a jugé le sacrifice trop pénible pour un jeune de son âge. Sa copine blanche prenait parfois des pauses à son travail pour venir juste prendre son pied. Fatigué d’attendre que la blanche fasse quelque chose pour sa situation administrative, le jeune Ivoirien a fui Bordeaux pour l’île de France et refuse de revenir malgré les supplices de la française. « Tu n’as pas besoin d’un homme, mais d’un baiseur et je suis encore jeune pour cela ! » rétorque l’africain aux supplices.