Au Congo, les caves et Vip sont fermés, mais on entend les voix des gens venant de intérieur

0
2911




L’amour du Congolais pour la boisson est tellement fort que même le coronavirus a du mal à s’y interposer. Malgré la décision du gouvernement de fermer tous les endroits d’ambiance, les passants entendent des voix qui proviennent de l’intérieur des caves et Vip. De l’extérieur, l’apparence est à la fermeture. Les Congolais croient être plus malins que le coronavirus.

« Na tika ko méla pona Coronavirus ? » disent les jeunes sur un ton ironique. De Brazzaville à Pointe-Noire en passant par Nkayi ou Dolisie, les débits de boisson font semblant de respecter les mesures prises par le gouvernement, mais à l’intérieur, les gens se regroupent tranquillement autour de leurs bouteilles d’alcool.

Les populations ne prennent pas encore au sérieux la menace sanitaire face à cette pandémie dont la propagation est due au rassemblement massif. Une cave ou Vip fermé est un foyer de contamination approprié.




Le mal est que même ceux qui sont censés faire respecter ces mesures de restriction sont les premiers clients de ces Caves. Parmi les clients enfermés dans ses caves, on retrouve des policiers, gendarmes et militaires.

L’Italie et l’Espagne ont au début banalisé les premiers cas déclarés dans leurs pays avant de devenir à ce jours les principaux foyers du coronavirus. Les médias congolais devraient se mobiliser pour une grande compagne de sensibilisation auprès des populations. Le système défectueux sanitaire congolais ne pourra contenir une infection massive de la population.




Les caves et Vip les plus indexés sont ceux des quartiers nord de Brazzaville, où les jeunes ont tendance à ne rien respecter. De Talangai à Nkombo via Mikalou ou Moukondo, ces endroits réunissent des soûlards inconscients dans leur enceinte.