Ingrid Ebouka-Babackas face au défi de la relance du CFCO

0
1866




Les activités du Chemin de fer Congo-Océan(CFCO) tournent au ralenti depuis quelques années, de même que les ports et le transport aérien. Prenant ses fonctions au département des Transports, ce 20 mars, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas a promis d’apporter un nouvel élan.

La cérémonie de passation de service a eu lieu le vendredi, à Brazzaville, entre le ministre sortant des Transports, Fidèle Dimou et l’entrante, en présence des représentants de la présidence et de la primature. Cumulativement avec ses fonctions de ministre du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale et d’intérimaire des Finances et du Budget, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas coordonne désormais le vaste département des Transports.




Parmi les dossiers qui vont se retrouver très vite sur la table de la ministre figure le chantier de la redynamisation des capacités fonctionnelles du CFCO. La compagnie ferroviaire publique qui est confrontée à une baisse des activités, entraînant l’accumulation des arriérés de salaire. S’ajoute la collision de deux trains survenue en juin 2019 à Ngondji, située à l’entrée de Pointe-Noire, ayant endommagé une partie des installations ferroviaires. Les résultats de l’enquête ne sont pas encore connus.

Il y a néanmoins une bonne nouvelle, la société China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) s’est engagée à réhabiliter des lignes Pointe-Noire/Brazzaville (510km) et Mont-Belo/Mbinda (285km) et à construire de nouvelles lignes entre Lékana et Sembé (330km), entre Ouesso et Garabinzam (340km), entre Lékana et Brazzaville (386km) et entre Komono et Mossendjo (80km).

La société chinoise a également promis, à travers un protocole d’accord signé avec le gouvernement congolais en avril 2017, de dépêcher ses experts à Brazzaville pour les études de faisabilité.  A noter que toutes ces initiatives sont encore au stade de projets.

Prenant la parole lors de la brève cérémonie de passation de témoin, la ministre Ingrid Ebouka-Babackas s’est montrée rassurante. « Les activités du transport et celles autour des infrastructures y relatives sont absolument primordiales pour le ministère en charge de ce secteur stratégique, pour la croissance inclusive, forte et soutenue du Congo. Je voudrais donc très respectueusement exprimer mon immense gratitude au président de la République, ainsi qu’au Premier ministre », a-t- elle déclaré.




Outre le CFCO, celle-ci est attendue sur les gros dossiers du transport aérien, notamment le rapatriement des avions d’ÉCAir cloués à l’étranger et la relance de la compagnie, le projet de création du centre de maintenance aéronautique de Brazzaville…

En matière de transport maritime, il y a le chantier de construction du quai multifonction et de l’autoroute reliant la ville océane et la zone économique spéciale, la question du statut des corps de métiers du secteur maritime.

Après avoir servi pendant trente mois à la tête du département des Transports, le sortant Fidèle Dimou quitte ses fonctions avec un sentiment de devoir accompli. Il n’a pas manqué de souhaiter bon vent à sa remplaçante.