Appui à la valorisation de la femme autochtone

0
921

Le représentant résident des agences du système des Nations Unies au Congo, Chris Mburu a déclaré le 8 décembre à Brazzaville qu’il serait temps de mettre l’accent sur la valorisation de la femme autochtone. 

« Cette année, nous donnons un coup de projecteur sur le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des connaissances traditionnelles. Les femmes autochtones sont des gardiennes des savoirs touchant à la médecine et au système alimentaire traditionnelles. Elles sont des championnes des langues et des cultures autochtones, et défendent l’environnement et les droits humains des peuples autochtones », a dit Chris Mburu, à l’ouverture de l’atelier de l’appropriation des axes prioritaires du Plan d’action national d’amélioration de la qualité de vie des populations autochtone pour la période 2022-2025.

Pour construire un avenir équitable et durable où personne n’est laissé de côté, il est nécessaire de faire entendre la voix des femmes autochtones, les connaissances traditionnelles des autochtones peuvent offrir des solutions en grand nombre des  problèmes, a-t-il notifié.

Chris Mburu a indiqué que le secrétaire général de l’ONU a donc engagé les États membres à mettre en œuvre la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et à promouvoir les connaissances traditionnelles autochtones au service de tous et de toutes.

Il a recommandé de veiller à ce que l’identité des peuples autochtones soit préservée au travers de la conservation de leur richesse traditionnelle et culturelle et que le rôle de la femme autochtone soit valorisé.

Le ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion des peuples autochtones, Ange Aimé Wilfrid Bininga a appuyé cette réflexion. «La vision de la République qui ressort de ce plan d’action, est de garantir à chaque ressortissant congolais d’origine autochtone, des services adaptés et accessibles, de lui permettre de vivre, de se développer et de s’épanouir, de se réclamer de la qualité de citoyen et de jouir des droits que lui confère cette qualité, au même titre que les autres citoyens de la République du Congo », a-t-il rappelé.

Le ministre a expliqué que cet atelier intervenait après l’évaluation des deux précédents plans d’actions nationaux visant l’amélioration de la qualité de vie des populations autochtones de 2009-2013 et de 2014-2017 .

Il s’appuie sur des bases solides et notamment, sur le cadre de référence stratégique du Plan National de Développement (PND) 2022-2026, a-t-il conclu.