Un élève gendarme d’obédience Ngunza tire sur un instructeur qui voulait le « dober »

0
1720

De la sodomisation au centre d’instruction de la Gendarmerie à Kouala Kouala non loin de Brazzaville pratiquée par les instructeurs sur les élèves gendarmes. Une élève gendarme recruté dans le Pool et grand adepte de la religion ancestrale Ngunza s’est servi de l’arme de son instructeur pour le tirer à la jambe à cause de son harcèlement sexuel homosexuel. L’officier instructeur voulait le sodomiser sans doute envoûté par ces pratiques mystiques.

La république du Congo continue sur la voie de la perte des valeurs soutenues par ces autorités qui ont mis en exerce des pratiques homosexuelles un peu partout dans les institutions et l’administration publique. Les forces armées et de l’ordre ne sont pas en dehors de ce fléau à l’instar de la Gendarmerie Nationale.

Un élève gendarme, ressortissant du Pool et croyant de la religion ancestrale Ngunza n’a pas supporté que son officier instructeur lui fasse des avances homosexuelles qui choquent complètement avec ses croyances. Malgré les mises en garde, l’officier a insisté usant même du chantage contre l’élève.

Fatigué du comportement de cet officier instructeur sans doute habité par le démon maçonnique de l’homosexualité, l’élève a ravi son arme avant de le tirer à la jambe gauche tout en criant sur lui.« Mort à toi, sale PD maçonnique ! Crois-tu que c’est tout le monde qui tombe dans votre piège?».

Le jeune élève a été jeté en cellule par la hiérarchie dit-on pour sa sécurité alors que ses collègues protestaient contre cette décision et accusant certains instructeurs des dérives maçonniques homosexuelles profitant de leur position de faiblesse.

Il sied de rappeler que le PITAIN de cet officier instructeur a surpris plus d’un élève gendarme au centre de Kouala Kouala. « Alors que tout homme qui se respecte désire coucher avec une fille, lui ne pense qu’à sodomiser les hommes ! Ce pays là vraiment ! » se sont indignés les élèves gendarmes en formation. La gendarmerie qui était un corps de l’armée respecté, sombre malheureusement dans la dépravation.