Selon Oyo, Pointe-Noire est punie pour avoir voté massivement Jean Marie Michel Mokoko en 2016

0
1438
Le candidat indépendant à l'élection présientielle au Congo du 20 mars, Jean-Marie Michel Mokoko, à son dernier meeting de campagne à Brazzaville le 18 mars 2016

L’état de délabrement et d’abandon dans lequel se trouve la ville de Pointe-Noire attriste plus d’un congolais qui ne parvient pas à en déceler les véritables raisons. Mais selon les Mbochis du clan d’Oyo au pouvoir, cet abandon est une sorte de punition à cause de l’adhésion massive de sa population à la candidature du général Jean Marie Michel Mokoko à la présidentielle de mars 2016. Denis Sassou Nguesso n’arrive toujours à pardonner sa lourde défaite à Pointe-Noire et dans le Kouilou.

Diriger un pays avec des instincts régionalistes et tribalistes ne peuvent en aucun cas apporter de la lucidité dans la gestion quotidienne. Les conséquences de cette politique désastreuse est l’effondrement du tissu social et de la Nation.

Incapable de digérer sa défaite à la présidentielle de mars 2016 à Pointe-Noire et dans le Kouilou, Denis Sassou Nguesso, a décrété une punition générale contre eux. Bien que de Pointe-Noire dépend l’économie nationale, le clan d’Oyo se sent heureux de voir cette ville dans un état pitoyable.

Ayant remarqué que le régime actuel ne pouvant assurer leur avenir en préférant piller le pays par la promotion du clientelisme, les populations avaient porté leur choix sur le candidat Jean Marie Michel Mokoko. Une humiliation que le clan Sassou Nguesso peine à oublier. Le général a été jeté en prison, Pointe-Noire et le Kouilou abandonnés.