Sassou utilise les cheveux, ongles et «makunza» de Moungalla comme fétiches pour dominer et durer au pouvoir

0
1243

On se posait bien des questions sur la présence de l’incompétent Thierry Moungalla au gouvernement. Il est bien vrai que sa trahison à André Milongo était le motif de départ, mais ses multiples reconduites interpellaient plus d’un Congolais sérieux. On sait désormais qu’il est maintenu comme ministre juste à cause de ses cheveux qui seraient un puissant fétiche utilisé par les maçonniques pour dominer et perdurer à un poste.

Comme en Tanzanie ou Burundi où les personnes Albinos sont victimes d’assassinat à cause des qualités fétichistes de leurs organes possédant des pouvoirs bénéfiques ou maléfiques, au Congo, c’est au sein du pouvoir que Sassou Nguesso peut directement s’en servir par le biais de son ministre et porte parole Thierry Lezin Moungalla.

Génie des eaux, devin, mi-homme mi-dieu, tels sont les attributs que l’ont prête, dans certains pays d’Afrique, aux albinos. Recherchés pour leurs soi-disant pouvoirs bénéfiques ou maléfiques, ils sont souvent victimes de sacrifices humains.

Ils sont nombreux en Afrique à être atteints de cette maladie, l’albinisme, qui se caractérise par une absence de pigmentation. Outre les problèmes de vue et les risques de cancers de la peau directement liés à cette infection, les albinos font l’objet de croyances persistantes en Afrique. Malgré des campagnes de sensibilisation, les sacrifices humains ont toujours cours sur le continent.

les albinos sont recherchés pour les sacrifices humains, prometteurs en termes d’enrichissement ou d’élévation sociale. « Au moment des compétitions électorales, les albinos sont convoités par les candidats. « Les albinos ne sont plus perçus comme des êtres humains mais comme des objets sacrificiels convoités pour leurs têtes ou pour leurs appareils génitaux, les parties du corps les plus puissantes »,affirme un membre du clan Sassou se référant à l’aide que leur fournit Thierry Moungalla.

Ce sont des marabouts Ouest-Africains qui ont chuchoter à Sassou la chance qu’il avait d’avoir près de lui Thierry Moungalla dont les cheveux pouvaient jouer un rôle capital dans la conservation du pouvoir. Au départ, il était question de le liquider et d’utiliser ses organes, mais un Marabout Nigerian a convaincu Sassou de le maintenir comme ministre contre l’utilisation de ses cheveux pour fortifier ses pouvoirs.

Chaque mois, Thierry Moungalla doit couper ses cheveux, ongles et poils du pubis et les remettre au chef de l’État. Les rituels effectués par les Marabouts de Sassou sont tellement puissants et effectifs qu’il ferme les yeux sur tous les dérapages de son ministre porte parole.