Reçu 5 fois en un mois au Quai d’Orsay, Jean Dominique Okemba irrite désormais le clan Sassou

0
5552

Il est rappelé désormais à Jean Dominique Okemba ses origines Kouyou et non Mbochis. Certains membres du clan Sassou ne supportent plus les entrées du tout puissant Morazambé au Quai d’Orsay à Paris et sont décidés à le torpiller afin d’anéantir son rêve de diriger le Congo. Le gardien des fétiches de Denis Sassou Nguesso a été reçu 5 fois en un mois au ministère français des affaires étrangères.

La guerre de succession bat son plein au sein pouvoir en général et particulièrement au sein du clan de l’Alima qui se croit détenteur de diriger exclusivement le Congo. Chacun des prétendants pousse ses pions, tisse son réseau et consulte ses lobbys à l’extérieur.

Contrairement aux dirigeants de l’AES qui ne veulent plus que les problèmes de l’Afrique se décident en France et Occident, ceux du Congo sont encore à l’étape de la soumission et vente du pays à l’Occident. C’est dans cette vision néocoloniale que Jean Dominique Okemba a été reçu 5 fois en un mois au Quai d’Orsay.

Pour les français, Okemba est bon nègre de maison comme Alassane Ouatarra, Macky Sall ou Mohamed Bazoum qui ne viendra que faire la volonté de la France au Congo. Déjà, il est le grand maître de la Grande Loge du Congo, obédience maçonnique par laquelle la France tient l’élite africaine en laisse.

Cette facilité avec laquelle, le Quai d’Orsay ouvre ses portes à Jean Dominique Okemba irrite certains membres du clan Sassou qui ne veulent pas le voir un jour succéder au président actuel. Les Mbochis qui veulent à tout pris conserver leur pouvoir font circuler la rumeur qu’Okemba ne serait qu’un infiltré parmi eux. Il serait en réalité Kouyou d’Owamdo.

La majorité des prétendants au fauteuil présidentiel peinent à se créer un carnet d’adresses important à l’international pouvant les aider à parvenir à leurs fins. Un jeune de petit enfant pour Okemba qui fait le tour du monde aux côtés de Denis Sassou Nguesso et qui est désormais dans la ligne de mire des siens.