Qui est ce franc-maçon qui a menacé au téléphone le général Gilbert Bokemba le mardi 27 juillet ?

0
4145

Suite à son refus à continuer dans la bêtise au sein de la Grande Loge du Congo, les retrouvailles des francs-maçons, le général de brigade Gilbert Bokemba était victime des menaces des frustrés de cette secte. Son éjection du clan était déjà planifié dans le même scenario que celle de son collègue Nianga Mbouala. Les francs-maçons du Congo ont horreur des électrons libres comme Bokemba et Nianga Mbouala. Le mardi dans l’après-midi, Gilbert Bokemba aurait reçu le coup de fil menaçant d’un grand- maître de la Loge du Congo avant de décédé deux jours plus tard à l’hôpital militaire suite à un malaise la veille.

Le Général de Brigade Gilbert Bokemba faisait partie de ses officiers de l’armée qui ont pris le courage en mars 2020 de dire basta à la bêtise qu’est la Franc-maçonnerie. Malgré les menaces, il est resté droit dans ses bottes en bon et véritable soldat. Il n’a jamais accepté le traitement infligé au Général Jean Marie Michel Mokoko qu’il a toujours qualifié d’un homme droit et patriote.

Dans la journée du mardi 27 juillet, un coup de fil d’un grand maître de la Grande Loge du Congo a gâté la soirée de Gilbert Bokemba qui ne s’est pas laissé intimider. Il est clair qu’il travaillait dans un environnement malsain entouré des francs-maçons sorciers. C’est le lendemain dans la nuit qu’il ne s’est pas bien senti et a été conduit à l’hôpital militaire où il a été gardé en observation. Le jeudi matin, il a tiré sa révérence.

Chef d’état-major de l’armée de terre, le général de brigade Gilbert Bokemba, a rendu l’âme le 29 juillet à l’hôpital des Armées Pierre-Mobengo à la suite d’une courte maladie.

Il était officier des troupes aéroportées et instructeur commando. Il a suivi sa formation initiale à Riazan (ex URSS), au centre national d’entraînement commando de Mont-Louis (en France), à l’école militaire unifiée d’Odessa, puis à l’Académie militaire Frounze de Moscou (ex URSS). Le général Bokemba a également fréquenté l’institut de Hautes études de défense nationale de Paris (France).

Il a suivi des stages à l’école d’état-major de Compiègne (France) ; à l’école d’application de l’infanterie à Montpellier (France) ; à l’état-major du 11e DP à Toulouse ; au 14e régiment parachutiste de commandement et des services de Balma ; au 9e régiment chasseur parachutisme de Pamiers ; au 17e régiment du génie parachutisme de Montauban ; au centre d’instruction des troupes aéroportées de Pau en France.

Le général Gilbert Bokemba a occupé, entre autres, les fonctions de chef de corps du groupement aéroporté ; commandant de la zone militaire de défense n°5, commandant de la zone de défense n°2 ; commandant de la zone de défense n°9.

Il a reçu les distinctions honorifiques suivantes : grand officier dans l’ordre du mérite congolais ; médaille d’or de la Croix de la valeur militaire ; commandeur dans l’ordre du conseil de paix et sécurité de l’Afrique centrale et médaille de la valeur militaire du Tchad.