Pierre Ngolo : « il y a trop de Mc Baba au parlement congolais»

0
2132

Il est le président du Sénat, mais s’entretient fréquemment avec son homologue de l’Assemblée Nationale Isidore Mvouba. Et de leurs conversations, un constat amère a été fait sur le comportement de plusieurs députés qui ne prennent jamais la parole, ni ne propose rien sinon qu’applaudir et voter oui. Pour Pierre Ngola, il est claire que le parlement Congolais regorge en son sein trop de Mc Baba.

Même les vieux briscards du parlement le disent et s’indignent de constater comment l’hémicycle a été dévalorisé. Des députés non élus et nommés ont fait irruption au sein de l’Assemblée Nationale pour étaler leur idiotie et ignorance totale sur leur rôle. Des fils, neveux et parents des dignitaires devenus montrent leur carence intellectuelle lors des sessions parlementaires.

Les cas les plus flagrants sont ceux des fils Ayessa, Mvouba, Ntsiba, de Romy Oyo qui n’ont jamais ouvert leurs bouches au parlement. Pierre Ngolo, qui se rappelle encore de la fougue oratoire qui caractérisait la jeunesse du PCT à l’époque, se plaint de cette nouvelle vague des parvenus qui siègent au parlement.

C’est à la base de l’artiste Paterne Maestro que le public a découvert le talentueux Mc Baba. Son succès hypersonique ressemble un peu comme à l’élection tronquée de ces députés qui font le baba au parlement.

On apprenait par exemple que le fils député du ministre Firmin Ayessa était incapable de rédiger le procès verbal d’une réunion. Mais, il aurait gagné hauts-les-mains à Makélékélé, lui qui est nordiste.

C’est parce que n’importe qui peut être nommé à de grandes responsabilités que le Congo n’évolue pas. Il y a trop de touristes au parlement qui ne prendront jamais la parole ne fut-ce que pour tousser parce qu’ils ne valent rien. Le Congo est devenu une triste plaisanterie!

Au Congo, la politique est devenue un métier et porte de chute de tous les tocards de la République et on y emploie les mêmes méthodes de recrutement dans le privé ou le public pour pistonner des enfants, cousins, neveux et amis sans se soucier du devenir de la Nation.