Pénurie du carburant : des mesures fortes pour contrôler la situation

Le gouvernement a pris un train de mesures urgentes en vue de contrer au plus vite la pénurie de carburant qui secoue le pays depuis des semaines. Le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a dévoilé le plan de son équipe, le 8 juin à Brazzaville, lors d’une interpellation au Sénat.

A la chambre haute du Parlement, réunie sous l’autorité de son président, Pierre Ngolo, le gouvernement s’est expliqué sur la pénurie persistante de carburant qui porte préjudice à la poulation depuis plusieurs semaines. Devant les sénateurs, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a indiqué que son gouvernement en a conscience et s’attelle à trouver une solution idoine à la situation. Pour ce faire, des mesures conséquentes ont été élaborées dans le but de contrer le plus rapidement possible la pénurie.

Il s’agit, entre autres, d’évaluer le déficit structurel observé à la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) sur les importations afin de solliciter une subvention de l’Etat ; rendre obligatoire la constitution des stocks pour quinze jours au minimum par les marqueteurs conformément à la règlementation en vigueur ; jauger les capacités de stockage de la Société congolaise de logistique (SLOG) et de répertorier les stockages aux normes en dehors de ceux de la SLOG.

Le gouvernement tient aussi, a précisé Anatole Collinet Makosso, à diversifier les sources d’approvisionnement complémentaires en produits pétroliers finis, notamment auprès des sociétés privées pour répondre à la demande des consommateurs; à accorder des autorisations exceptionnelles d’importation de carburant pour permettre aux industriels de s’approvisionner elles-mêmes ou par le biais des marqueteurs.

Toujours dans la recherche des solutions, le gouvernement demande à la SNPC de nouer un contrat avec une société privée spécialisée devant assurer l’approvisionnement du pays en produits pétroliers finis ; de poursuivre des négociations avec la société Pétro Cam pour rendre disponibles les produits pétroliers finis dans les dépôts.

Il est question aussi, a affirmé le Premier ministre, de mener des actions afin de mettre un terme aux comportements déviants en créant des numéros verts ; d’interdire la vente de carburant dans les bidons ; d’identifier par appel d’offres un opérateur devant fournir le pays en produits pétroliers finis et de rendre opérationnel le fonds de stabilisation des produits pétroliers finis.

Clôturant la cérémonie, le président du Sénat, Pierre Ngolo, a souhaité que ce train de mesures soit vite mis en œuvre afin que l’épineuse question de pénurie de carburant soit vite contenue.