Nelson Apanga donné pour mort jeté dans la rue comme un chien par la DGST

0
768




L’activiste estudiantin Nelson Apanga, détenu depuis son retour au pays à la DGST a été jeté dans la rue comme un vulgaire chien après des tortures exécrables. Les agents des services qui le donnaient pour mort, ont voulu juste se débarrasser d’un cadavre encombrant. Il serait aux soins dans un centre hospitalier de Brazzaville.




Nelson Apanga, à l’instar de Kalakala a été retrouvé dans un état pitoyable après avoir subi des sévices dans les geôles de la DGST où il était détenu après son retour au pays. Les geôliers n’ont pas apprécié la communication sur les médias de la Diaspora et les réseaux sociaux sur cette détention arbitraire et ont intensifié des séances de torture.

Donné presque pour mort, Nelson Apanga a été extrait de la DGST tard dans la nuit de Mercredi à Jeudi et abandonné dans la rue comme un vulgaire chien. Les geôliers étaient certains de son décès dans les heures qui suivaient, mais Dieu en a décidé autrement.




Nelson Apanga qui avait trouvé refuge au Cameroun après s’être échappé miraculeusement des geôles de la même DGST s’y trouve de nouveau. Il a decidé de rentrer au Congo où les mêmes causes l’ayant poussé à l’exil persistent.

Son entourage parle de sa volonté de se recueillir sur la tombe de son père, assassiné par le même régime qu’il combat aujourd’hui.C’est à Brazzaville que Nelson Apanga a été détenu après avoir réussi à déjouer tous les contrôles entre Ouesso et la capitale.





Le pouvoir de Brazzaville l’accuse d’être revenu au pays en mission d’espionnage et de repérage pour le compte de certains opposants de la Diaspora qu prépareraient un putsch contre Denis Sassou Nguesso. Nelson Apanga nie toutes ces accusations insistant sur le caractère pacifique de sa démarche.




Rappelons que Nelson Apanga, à cause des sévices subies lors de sa première interpellation avait été rendu impuissant. Des décharges électriques avaient été appliquées sur ses testicules et son sexe.