Mouyondzi : enfin une usine de production du foufou en mode industriel

0
932




C’est l’idée géniale du fils du terroir Vérone Mankou, celui-là qui lançait il y a quelques années les premiers téléphones africains. Ayant adopté farouchement la thèse de la diversification de l’économie congolaise, le jeune entrepreneur, mise sur les terres très agraires de cette partie du pays pour créer une zone industrielle qui alimenterait le reste du Congo. MTR ( Mouyondzi Travaille et Ravitaille ) est le nom de cette usine située à Mouyondzi poste et qui va transformer les tubercules en foufou et rappeler l’ancienne usine de Mantsoumba. «  Foufou Matsiri » est le nom de ce nouveau produit de Vérone Mankou.




Le département de la Bouenza, est connu pour, non seulement posséder des terres agraires, mais surtout des hommes et femmes qui ne rêvent que vivre de leurs efforts. Les habitants de la Bouenza, ont toujours été fières de se vanter de leur goût pour le travail de la terre et ses dérivés. Il est très difficile de croiser dans les villages de Mouyondzi par exemple, un citoyen paresseux qui ne rêve pas ravitailler tout le Congo en produits agricoles.

Mouyondzi, a toujours visé être le moteur agro-pastoral du Congo et participé activement à la diversification de l’économie, mais aussi et surtout assurer une indépendance alimentaire au Congo selon le vœu cher du chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso.




 

Mais, malgré cette bonne disposition de ne vivre que par le travail, il manque toujours un esprit de développement pour capitaliser le Mouyondzi Travaille et Ravitaille ( MTR). A ce jour, les populations vivent encore de l’agriculture de subsistance et il est rare de les voir rêver de l’agro-industrie.




C’est là que Vérone Mankou a une avance. Les travaux de cette unité de transformation de tubercules en foufou n’est que le premier des nombreux projets que ce Congolais veut mettre en place dans Mouyondzi.




De l’usine MTR sortiront dès le mois d’août du foufou industriel de haute qualité dans différents emballages pour le bien des consommateurs. A Pointe-Noire, on dit souvent que le meilleur foufou est celui qui vient de la Bouenza et de Mouyondzi. Avec 1000 fcfa, les consommateurs bénéficieront de 2 kilos de foufou de Mouyondzi. Ici, il n’est pas question des règles de l’art, mais des règles du bon travail tiré du bon produit de Mouyondzi avec l’estampille « MATSIRI ».