Ministère des Postes : les agents sensibilisés à la lutte contre la corruption

0
462

Une délégation de la Haute autorité de lutte contre la corruption (Halc) a échangé, le 29 septembre à Brazzaville, avec les agents du ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique.

La rencontre s’est inscrite dans le cadre de la vulgarisation des textes juridiques fondamentaux de la Halc dans les administrations, en vue de sensibiliser l’opinion nationale sur son arsenal juridique prélude à la mise en œuvre de son plan d’action sur la corruption et ses méfaits.

Selon le ministre en charge des Postes, Léon Juste Ibombo, la corruption est un fléau destructeur qui mérite d’être combattu avec la plus grande énergie. « Le gouvernement de la République a pris la mesure de cette bataille socio-économique, facteur de régression. L’initiative prise par la Halc de sensibiliser et vulgariser les textes juridiques dédiés à cette lutte est à saluer. Elle permettra de nous approprier les fondements de notre commune appartenance à une nation respectueuse de ces lois et règlement en la matière », s’est-il réjoui.

A en croire ses propos, la rencontre entre la Halc et son ministère est une occasion d’échanges fructueux qui devrait éclairer la conscience des cadres et agents sur les méfaits de ce fléau ravageur. « La lutte contre la corruption est une exigence pour les nations modernes. Etant vieille comme le monde, elle n’est pas seulement propre à notre pays le Congo. Mais, pour assurer notre développement durable, nous devons ensemble relever ce défi de lutter contre cette gangrène », a signifié le ministre Léon Juste Ibombo.

En effet, la rencontre s’est articulée autour de différentes thématiques, à savoir l’écosystème national de lutte contre la corruption : place et rôle de la Halc ; la Halc et ses procédures de saisine ; l’aperçu général de la loi anti-corruption ; la lutte contre la corruption : place de la loi relative à la déclaration de patrimoine.

Intervenant sur la loi anti-corruption, l’exposant a indiqué que la loi anti-corruption est riche mais peu connue du public. Cette loi, a-t-il dit, est une infraction à la loi pénale. L’acte de corrompre et la récidive est passible de sanctions pénales sévères prévues par la loi.

A l’occasion, le président de la Halc, Emmanuel Ollita Ondongo, a invité les citoyens à s’engager fermement dans la bataille contre ce fléau aux conséquences désastreuses pour l’économie nationale. « Les missions confiées à cette entité sont d’une délicatesse incontestable. Pour ce faire, tout Congolais se doit de participer et contribuer à la réussite de cette lourde tâche en dénonçant tout acte qui renvoie à la corruption car sans plaintes ou dénonciations, le défi sera difficile à relever », a-t-il déclaré.

Signalons que la campagne sur la problématique de la lutte contre la corruption, la fraude et les infractions similaires, initiée par la Halc, concerne tous les acteurs privés et étatiques.