Malgré ses 40 millions mensuel de frais de gardiennage, l’Université DSN vandalisée

Le campus de l’Université Denis Sassou Nguesso de Kintélé, fraîchement inauguré, a été victime d’actes de vandalisme divers, ce, en dépit de la présence d’une société de gardiennage contractée pour assurer la sécurisation de l’établissement.

C’est le constat fait ce samedi 31 juillet, par la ministre de l’Enseignement Supérieur Edith Delphine Emmanuel née Adouki. La ministre a fait une descente sur le site en compagnie des éléments des forces de l’ordre, amenées par le Colonel Pascal Ibengue, commandant du premier groupement de la gendarmerie mobile.

Sur place le constat est amer, des panneaux solaires servant à alimenter le système d’éclairage extérieur du site ont été arrachés des lampadaires, plusieurs climatiseurs splits ont été volés, du câblage électrique retiré, des meubles, de la literie saccagée,… Bref, c’est une partie du campus qui n’a même pas encore été mis en service qui a été vandalisée.

Une situation inadmissible selon la ministre qui dit pourtant recevoir une colossale facture de 40 millions de francs CFA par mois, de la part de la société de gardiennage chargée de sécuriser le site. “Au moment où je vous parle j’ai une facture de 120 millions de francs CFA qui m’a été soumise par le gérant de cette société. Je ne comprends pas, 40 millions pour organiser un vol systématique ou quoi ?!” s’est-elle indignée.

Un manquement grave auquel la ministre entend répondre fermement. « La récréation est terminée » a-t-elle martelé. Edith Delphine Emmanuel née Adouki a indiqué avoir procédé à la résiliation du contrat de gardiennage et n’exclut pas la possibilité de poursuivre la société concernée.

Pour l’heure c’est la gendarmerie nationale qui se chargera de sécuriser le site, le colonel Pascal Ibengue a déployé ses hommes aux alentours du campus. Il a assuré à la ministre de l’Enseignement Supérieur que ses hommes resteraient postés le temps nécessaire.