Lutte contre le blanchiment d’argent : mieux partager les informations pour traquer les auteurs

0
287




Les délégués des administrations publiques, des établissements bancaires, des sociétés d’assurance, du secteur de l’immobilier, de la société civile…, qui se sont réunis cette semaine à Brazzaville, ont promis de faciliter l’accès aux informations sur les opérations suspectes de leurs clients. 

Les principaux acteurs du secteur financier local, les magistrats, les avocats, les notaires, les agents du fisc et des douanes, ainsi que des représentants de la société civile se sont rencontrés à Brazzaville, du 31 juillet au 1er août, pour vulgariser le règlement communautaire Cémac et réorganiser la lutte contre le blanchiment d’argent illicite et le financement du terrorisme.

Les participants ont, pour cela, souligné la nécessité d’insérer dans leur liste des assujettis les sociétés de téléphonie mobile exerçant le paiement mobile ; de solliciter une forte implication des autorités politiques et judiciaires ; demander à l’Agence nationale d’investigation financière (Anif) de mieux coordonner ses antennes ; et ont invité le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (Gabac) à élaborer un manuel de procédures afin de faciliter les enquêtes.




En effet, le blanchiment des capitaux est une menace pour les économies d’Afrique centrale, a averti le secrétaire permanent du Gabac, Gervais Mbata, invitant le Congo à investir dans la lutte contre ce fléau. « L’incursion du groupe terroriste Boko Haram dans la sous-région, la multitude des groupes armés et la restriction des transferts de fonds constituent les conséquences de ce fléau », a-t- il indiqué.

Rappelons qu’au cours de leurs travaux, les participants ont passé en revue les questions liées à la problématique de traitement des déclarations de soupçon, le rôle de différents assujettis que sont les entreprises censées fournir les informations sur les cas suspects, y compris le rôle des juges de fond et d’autres acteurs dans la mise en œuvre du règlement Cémac.