Lettre émouvante d’un ressortissant du nord à son ami le défunt député Ondzié Doukaye

0
2309




Je suis inconsolable parce que j’ai perdu un parent, un ami, un frère. Doukaye était tout cela pour moi. A cette allure, on va y passer tous. AVC.

Nous allons tous mourir bêtement dans ce pays. Quand je dis à mes parents de construire le pays, de construire les hôpitaux, d’entretenir ou de rénover ceux qui existent, ils ne m’écoutent pas. Tout ce qui leur importe, c’est voler, voler et voler. Voler pour construire des villas. Voler pour cacher l’argent. Voler pour faire la belle vie. Voler pour frimer.

Je ne comprends pas mes parents. On a le pouvoir depuis des années, mais on est pas foutu de construire notre pays. On se comporte comme si on était des étrangers dans ce pays. je crois même qu’un étranger bien élevé prendrait quand même soin de là où il vit, soin de son environnement. mais chez nous, non. C’est pas ça, on préfère aller faire la fête, sortir avec des femmes, faire des enfants de gauche à droite sans se soucier de leur devenir.




Je le disais à mon frère Doukaye. Voilà peut-être si on avait des hôpitaux dignes dans ce pays, il aurait eu la vie sauve. On fait tout à l’envers dans ce pays, et on ne doit pas parler. pourquoi on ne l’ a pas emmener à Oyo, puisque c’est là bas le centre de ce pays?




On ne doit pas parler. On ne doit pas critiquer, si on parle, on dit voilà, tu es contre nous, Voilà quand on fait des erreurs, on le paye cash. Je dis à mes parents que la mort n’attend pas, elle ne choisit pas. C’est à cause des mauvais choix et de nos bêtises que moi, j’ai pris mes distances, parce que les gens croient que des gens comme moi profitent de ce pouvoir, alors que ce n’est pas vrai. Nos parents meurent au CHU comme tout le monde. Depuis que j’ai perdu ma sœur au CHU en Octobre 2017 parce qu’on manquait d’oxygène, dans ce qui est censé être lle plus grand hôpital de ce pays , j’ai pris mes distances et j’ai arrêté de soutenir des bêtises.

Dans la vie, il y a un temps pour tout? Il ya un temps pour des bêtises. Il y a un temps pour des erreurs. mais à un moment donné dans la vie, on se resaisit. Mais chez mes parents, c’est pas ça, c’est bêtises sur bêtises et on a gaspillé ce pays. C’est incroyable. »