Le gouvernement en guerre contre les fonctionnaires fictifs

0
1398

Le ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Rigobert Roger Andely, s’est engagé le 9 août, lors de l’adoption de la loi de finances rectificative 2021 au Parlement, à mener un contrôle strict des agents de l’Etat afin de sanctionner les contrevenants.

Le budget de l’Etat rectifié exercice 2021 a été adopté à l’unanimité par les deux chambres du Parlement. Il est arrêté en recettes à la somme de 1671 milliards Fcfa et en dépenses à 1515 milliards Fcfa, en baisse de 11% par rapport au budget initial. Le budget réajusté dégage un gap de trésorerie de 542, 860 milliards Fcfa, qui devra être résorbé par un excédent budgétaire de 149,1milliards Fcfa, avec un gap de financement de 393.796 milliards Fcfa.

Dans son exécution, le ministre des Finances a annoncé des mesures particulières à mettre en œuvre pour permettre au gouvernement d’atteindre l’objectif qu’il a assigné. De prime à bord, il va œuvrer pour réduire le train de vie de l’Etat à 7,5% en moyenne. Pour ce faire, il doit nettoyer le fichier des agents de l’Etat, ainsi que ceux des établissements publics émargeant au budget de transfert.

« J’ai trouvé beaucoup de rapports concernant la masse salariale. Je le dis solennellement pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté et d’interprétations déviantes. Nous allons mettre de l’ordre en nous débarrassant des fausseurs, notamment les fonctionnaires fictifs et tous ceux qui touchent les primes et indemnités non méritées. C’est un travail de chirurgie fine que nous allons faire pour nettoyer ce fichier », a souligné Rigobert Roger Andely.

Dans le budget réévalué, les défis à relever sont nombreux. Il exige, cependant, un meilleur alignement des objectifs stratégiques des politiques macroéconomiques avec les priorités du gouvernement. Ces objectifs concernent notamment la reprise des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un programme appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC). Il faut ajouter à cela, l’accélération de la diversification économique en vue de favoriser la création d’emplois, le rétablissement des grands équilibres et le recours aux financements intérieurs et internationaux, négociés aux meilleures conditions.

En termes d’investissements, le gouvernement a reconduit dans ce budget quelques projets phares devant être achevés prioritairement. Il s’agit, entre autres, de l’installation de la ligne Très haute tension (THT) entre Boundji et Ewo afin de connecter le chef-lieu du département de la Cuvette-Ouest au réseau national. Il est prévu aussi la construction de la centrale thermique à Impfondo, chef-lieu du département de la Likouala ; l’achèvement des hôpitaux généraux de Nkombo à Brazzaville et Patra à Pointe-Noire, ainsi que la zone industrielle de Maloukou.

Rigobert Roger Andely a indiqué, par ailleurs, que des instructions fermes ont été aussi données au gouvernement pour traiter les érosions qui menacent l’unversité Denis Sassou N’Guesso à Kintélé ; réhabiliter la route nationale n°2  et achever le grand marché de Pointe-Noire.