Le Gabon lève 175 milliards FCFA sur le marché financier sous-régional

0
260

La République gabonaise a émis, le 25 octobre à Brazzaville, pour le compte du Congo, un nouvel emprunt obligataire par appel public à l’épargne d’un montant  de 175 milliards F CFA, sur le marché financier de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac). La somme à collecter permettra au pays de financer quelques projets d’investissements socio-économiques prioritaires et d’apurer son moratoire intérieur.

C’est le septième emprunt obligataire par appel public à l’épargne que la République gabonaise émet sur l’espace financier de la Cémac depuis 2013. A Brazzaville, l’opération a été lancée par le directeur de cabinet de la ministre gabonaise de l’Economie et de la Relance, Taty Mavoungou. Elle a mobilisé de nombreux investisseurs institutionnels installés en République du Congo.

Il s’est agi, entre autres, des compagnies d’assurances; des organismes de placements collectifs en valeurs mobilières; des fonds d’investissements et assimilés ; des établissements bancaires ainsi que des individualités. Pour cette édition, le pays recherche 175 milliards F CFA destinés au financement d’un certain nombre de projets socio-économiques.

« L’emprunt obligataire est une opération profitable pour la République gabonaise parce que l’argent que nous allons lever va être investi dans les projets prioritaires qui ont été déjà identifiés par le président de la République. Il s’agit notamment de la construction des infrastructures routières, éducatives et sanitaires en vue de résoudre un certain nombre de projets sociaux », a expliqué le directeur général gabonais de la dette, Fernand Ngoussi Mayangah.

Pour sa part, le directeur de cabinet de la ministre de l’Economie et de la Relance a précisé que l’emprunt obligataire lancé s’inscrit sur la période 2022-2028. Il est, a-t-il dit, rémunéré au taux d’intérêt de 6,25% net d’impôts par an. Les intérêts y afférents sont versés aux souscripteurs annuellement à compter d’octobre 2023. Le remboursement du capital, quant à lui, sera effectué en cinq tranches égales à partir de novembre 2024.

L’emprunt obligataire est ouvert à toute personne physique ou morale, résidente ou non dans la zone Cémac. Son remboursement est intégralement assuré par les fonds du compte séquestre de l’Etat gabonais ouvert à la Banque des Etats de l’Afrique centrale, a-t-il précisé.  

Bonne perspective économique pour le Gabon

Frappée de plein fouet depuis plusieurs années par les crises économique et sanitaire, la situation macro-économique gabonaise s’améliore à un rythme satisfaisant, grâce à la politique de diversification menée par le gouvernement. Un dynamisme qui a permis, à ce jour, au Gabon de rendre son économie résiliente.

« Après la crise de la covid-19 qui s’est soldée par une croissance négative de -1,8% en 2020, le produit intérieur brut réel s’est progressivement redressé de +1,5% en 2021 et croitrait de 2,9% en 2022, avant d’atteindre 3,1% en 2023. Cette tendance est particulièrement guidée par le dynamisme du secteur hors pétrole avec une orientation optimiste des activités minières, agricoles, du bois, des télécommunications ainsi que des industries de transformation », a souligné le directeur de cabinet, Taty Mavoungou.

L’économie gabonaise est fondée sur une dizaine de domaines d’activités dont les principaux secteurs d’exportation sont, entre autres, le pétrole, les mines, le bois, l’agriculture, l’agro-industrie et les bâtiments et travaux publics.