En Ouganda, le président iranien soutient la loi «antihomosexualité» et critique l’Occident

0
798

Le président iranien Ebrahim Raïssi a entamé mercredi 12 juillet un voyage de trois jours en Afrique. Lors de la première visite d’un dirigeant de la République islamique sur le continent depuis 11 ans, il a d’abord fait étape au Kenya dans la matinée, puis en Ouganda voisin dans l’après-midi où il a rencontré son homologue Yoweri Museveni. L’occasion d’apporter son soutien sur plusieurs dossiers, à commencer par la loi « anti-homosexualité 2023 » promulguée le 29 mai par Kampala.

« L’Occident essaie aujourd’hui de promouvoir l’idée de l’homosexualité, et en la promouvant, ils essaient de mettre fin à l’espèce humaine », a affirmé Ebrahim Raïssi : le président iranien s’est exprimé depuis Kampala, un mois et demi après la promulgation de la loi « anti-homosexualité » qui avait crispé les relations entre l’Ouganda et ses partenaires occidentaux.

Le contenu du texte est considéré comme l’un des plus répressifs au monde : il prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à la peine de mort et interdit « la promotion » de l’homosexualité.

Le 29 mai, quelques heures après cette nouvelle loi, plusieurs pays, dont les États-Unis, avaient immédiatement promis des sanctions économiques.

Face à cette série de réactions occidentales, Kampala s’était montré très ferme : « l’Occident ne viendra pas gouverner notre pays », avait déclaré la présidente du parlement ougandais. Mercredi, le président iranien a donc apporté son soutien à son hôte, le président Museveni affirmant que « les pays occidentaux agissent contre l’héritage des cultures et des nations ».

Ces propos interviennent dans le contexte de la tournée entamée par Ebrahim Raïssi en Afrique. Une tournée présentée comme « un nouveau départ avec les pays »du continent. Cela non seulement sur le plan économique, mais aussi en vue d’une« vision politique commune ».

Le président iranien, qui s’est entretenu mercredi matin à Nairobi avec son homologue kényan William Ruto, est arrivé dans l’après-midi à Entebbe en Ouganda. Il doit se rendre jeudi à Harare au Zimbabwe pour rencontrer le président Emmerson Mnangagwa.