Le Congo bientôt doté d’un système national d’identification digitale

L’étude de faisabilité pour la mise en œuvre du Système national d’identification digitale (Snid) a été présentée le 28 juin à Brazzaville, par le groupe Sofrecom en alliance avec Westaf et Sofie. L’outil permettra de constituer une base de données centralisées et fiables en vue d’assurer la traçabilité, la sécurité des informations et l’accès à des services numériques de qualité.

« Le système d’identification en étude, permettra de fournir les bases d’un service public en ligne mature: d’offrir une solution d’authentification centralisée et unique à l’ensemble des services publics en ligne; de contribuer à l’émergence d’une société de l’information du Congo et à sa transformation vers une société intelligente, connectée et inclusive. Ce, en application des recommandations internationales en la matière », a indiqué le ministre en charge des Postes et Télécommunications, Léon juste Ibombo, lors de la cérémonie de restitution de cette’étude pour la mise en place du Snid.

Composé de trois registres, cet outil vise, entre autres, à la collecte, à l’enregistrement, au traitement et à la certification de l’ensemble des données d’état civil, démographiques et biométriques, à l’identification de tout individu vivant au Congo ou à l’étranger, et autres personnes en situation régulière.

Ce système sera également enrichi de données d’ordre démographique sur la situation des ménages, notamment sur le nombre de ménages, les revenus, la catégorie socio-professionnelle et sur une identité biométrique du citoyen.

Présent à cette restitution, Michel Ngakala, coordonnateur du projet Cab, a signifié que le Snid contribuera à réduire la fraude, protéger les droits des citoyens et accroître la transparence. Il permettra également de créer de la valeur économique pour les individus, en favorisant une plus grande inclusion qui donnera un meilleur accès aux biens et aux services.

« L’étude de faisabilité du Snid démontre combien l’identité numérique va servir principalement à la population et que le cadre technologique, juridique et politique doit être fondé sur la liberté d’action et de choix des utilisateurs, le consentement éclairé, la reconnaissance de multiples formes d’identité, la préservation de l’anonymat et le respect de la vie privée. », a-t-il indiqué.

Evalué à environ 18 millions de dollars, le budget d’investissement dudit projet implique dans sa mise en œuvre les chantiers du cadre réglementaire et de la création des centres de gouvernance.

Notons que, le groupe Sofrecom tend à: établir un plan de transformation digitale; déployer les socles de connectivité et d’infrastructures; proposer des solutions digitales les plus adaptées…