L’Assemblée nationale salue la transformation de Congo Télécom

0
522




La Commission économie et finances de l’Assemblée nationale, conduite par son président Maurice Mavoungou, a effectué mardi une visite à Congo Télécom, l’opérateur public des Télécommunications,  dans le but de se rendre bien compte des réalisations qui s’y opèrent depuis avril 2020 sur le plan infrastructurel et managérial afin d’apporter l’assistance nécessaire.





« Comme partout ailleurs, les entreprises publiques ont le soutien de leur peuple et du gouvernement. C’est à ce titre qu’au nom de cinq millions de Congolais nous sommes venus  donner ce message à l’équipe dirigeante pour dire vous avez le soutien des Congolais », a déclaré Maurice Mavoungou, au terme d’une visite précédée par une séance de travail.Depuis Avril, date de la prise de fonction du nouveau directeur général de Congo Télécom, Yves Castanou, un chantier perceptible se réalise à la société. Si l’immeuble de l’entreprise issue de la scission de l’ex-ONPT est en train de vêtir un nouveau visage, Congo Télécom prépare de nouveaux challenges commerciaux déjà visibles à la volonté de son top management de faire de la société publique « leader » du secteur d’ici trois ans.




Un défi qu’estime le président de la Commission économie et finances de l’Assemblée nationale qui salue « l’effort et la qualité du management de cette société qui, sans appui financier de l’Etat, se transforme ». Pour tenir ces travaux qui émerveillent les Congolais, Congo Télécom a en effet conclu des accords avec des partenaires fournisseurs pour un montant de 7 milliards francs CFA.

« Tout ce qui se fait est la qualité des hommes. Les partenaires leur font confiance. Depuis le mois d’Avril, vous voyez ce qui est en train de se réaliser en peu de temps. C’est comme un rêve. Sans aucun soutien public, les choses se font. Les organes de gestion fonctionnent », s’est réjoui Maurice Mavoungou.

Quoique l’équipe dirigeante actuelle ait hérité d’une situation sociale peu reluisante, Congo Télécom travaille pour redorer son blason. A en croire le député Maurice Mavoungou, dont la commission a bien fouiné dans les livres comptables de la société, « les salaires sont payés régulièrement, les cotisations sociales sont payées, l’IRPP, les pensions de retraites et les provisions pour ceux qui doivent partir à la retraite ».




Yves Castanou a été récemment reçu à l’Assemblée nationale par la Commission économie et finances. La visite effectuée mardi par cette institution est une manière de constater réellement ce qui a été évoqué par le management de l’opérateur public.

« Nous sommes en période d’examen du budget de l’Etat. Nous l’avons écouté mais nous avons pensé venir sur place avant de nous prononcer, voir ce qui se réalise. Parce que notre vocation ce n’est pas simplement de voter des lois mais de légiférer par l’exemple », a souligné Maurice Mavoungou.

Après une longue structuration juridique et des réformes plusieurs fois retardées, Yves Castanou hérite depuis avril 2020 d’une société majeure dans l’écosystème des télécommunications au Congo. Si son management est maintes  fois salué à la tête de l’ARPCE où il a passé dix ans, avec d’importantes réformes et un bilan jusque-là estimé, sa nomination en mars dernier à Congo Télécom avait été perçue par nombreux comme un engagement de l’Etat à redorer le blason de l’opérateur public afin qu’il assume son rôle de catalyseur de l’écosystème numérique au Congo.