La France soupçonne des ministres congolais d’être impliqués dans l’immigration illégale

0
4727




L’interpellation il y a quelques semaines à l’aéroport Roissy Charles Degaulle de la nièce de l’ambassadrice du Congo en Italie, n’est que la prolongation du dossier Congo sur l’immigration clandestine impliquant les autorités de ce pays d’Afrique centrale. Des ministres, et hauts cadres seraient dans le viseur des enquêteurs français.

Après presque le démantèlement du réseau des passeports diplomatiques, les autorités congolaises impliquées dans le trafic de migrants ont changé de méthode. Maintenant, ils font passer des migrants comme étant leurs conseillers ou agents de leur ministère les accompagnant en mission.




Au Congo, un ministre touche au minimum 11 millions de Cfa gratuitement. Alors pourquoi se mouillent-ils encore dans l’immigration illégale où la somme payée est d’entre 3 à 4 millions.

Une source anonyme affirme que la plupart des candidats sont des citoyens de la RDC qui pour arriver en Europe peuvent payer jusqu’à 8000 dollars. Un vrai business pour ces autorités de Brazzaville.

Certains ministres le font avec leurs maîtresses kinoises qu’ils installent en France .A Meaux, un jeune congolais affirme être venu en France dans la délégation de la première dame gratuitement. Son oncle est conseiller d’Antou.

A Roissy, la police a remarqué qu’à chaque retour au Congo d’une délégation officielle de ce pays, le nombre des membres diminue. Un congolais au nom David Oboura Ndey, arrivé dans une délégation ministérielle a été interpellé alors qu’il se pressentait à l’OFPRA pour son audition d’asile. Lui qui est venu dans une délégation ministérielle accusait le pouvoir de l’en vouloir.




Les enquêtes postérieures ont prouvé qu’il aurait payé une somme de 3 millions de cfa à un proche du dit ministre pour faire partie du voyage.