La France continuera de combattre le terrorisme au Sahel, mais pas au Mali, selon Le Drian

0
431

Ces déclarations, hier soir sur France 5, interviennent quelques heures après une réunion par visio-conférence des ministres des Affaires étrangères européens et à la veille d’une rencontre entre Emmanuel Macron et trois de ses homologues sahéliens : le Nigérien Mohamed Bazoum, le Tchadien Mahamat Idriss Déby et le Mauritanien Mohamed ould Ghazouani,

« Le président de la République a souhaité que l’on se réorganise mais on ne part pas », insiste Jean-Yves Le Drian. « Si les conditions ne sont plus réunies pour qu’on puisse être en mesure d’agir au Mali, on continuera à combattre le terrorisme à côté, avec les autres pays du Sahel qui sont tout à fait demandeurs », a expliqué le ministre français des Affaires étrangères.

Aux yeux de Paris, les conditions ne sont plus réunies pour que la France maintienne son action militaire au Mali. Le maintien de la junte militaire au pouvoir et l’arrivée des mercenaires russes de Wagner, que Jean-Yves Le Drian estime au nombre de 1000 aujourd’hui, semblent constituer des lignes rouges qui ont été franchies.

La crise avec le Mali impose à la France un difficile jeu d’équilibriste. Après un long travail diplomatique français, une dizaine de pays européens sont aujourd’hui mobilisés dans la task force Takuba, ce groupement de forces spéciales qui devait prendre la relève de Barkhane. L’annonce d’un retrait du Mali mettrait donc un terme à une expérience unique, dont se targuait Paris. ( Yves Le Drian )

Une source proche de l’Élysée affirme que les pays partenaires souhaitent poursuivre cette expérience mais où ? Le Niger, qui accueille depuis novembre 2020 un poste de commandement avancé de Barkhane et de ses partenaires sahéliens, est peu séduit par l’idée. La Mauritanie a maintenu jusque-là une certaine neutralité vis-à-vis de la situation malienne.

Quant au Burkina Faso, l’incertitude reste grande depuis le coup d’État du 24 janvier. Bien que l’état-major français multiplie les appels du pied en communiquant, ces dernières semaines, sur les succès militaires de l’armée burkinabè, soutenue par Barkhane, la junte ne s’est pour l’heure pas exprimée. Le lieutenant-colonel Damiba, récemment promu président, n’a en tout cas pas été convié à la rencontre de demain entre Emmanuel Macron et trois de ses homologues sahéliens.