La DGST se mute en une centrale d’intelligence

0
1554





Selon un décret présidentiel publié à Brazzaville et dont la rédaction de Vox a pu obtenir copie le 11 décembre, la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), s’appellera désormais Centrale d’intelligence et de documentation. Elle sera dirigée par un administrateur général, le général Philippe Obara, qui est en fait, l’actuel directeur général de cette structure.




Plusieurs autres décrets présidentiels ont été publiés dans la foulée, changeant les dénominations de différents titres de chefs des forces de sécurité et de la police nationale. Par exemple, le général Jean-François Dengue, qui garde son poste à la tête de cette corporation, ne sera plus directeur général de la police, mais Commandant des forces de police.

A la suite de ces changements, le directeur général de la sécurité civile, le général Albert Ngoto devient commandant de la sécurité civile, et leurs adjoints sont des commandants en second. A la police, c’est le colonel André Fils Obami Itou et le colonel Serge Pépin Itoua Poto, à la sécurité civile. Ce dernier était encore en poste à Pointe-Noire comme directeur départemental de la police.




L’inspection générale de la police nationale a également gardé son chef, mais surtout son appellation. Il s’agit du général Jacques Antoine Bouiti, anciennement directeur départemental de la police et commissaire central à Brazzaville.

Ces changements interviennent à la suite de la refonte de textes organiques de la police nationale adoptés en 2019.

Dans nos prochaines publications, Vox reviendra avec détails pour savoir ce qui changent exactement dans les missions de ces organes de la police nationale.

Le travail de terrain des forces de police nationale, de la sécurité civile et des services de renseignements concernent essentiellement la sécurité des citoyens. Leurs missions ne devraient donc pas constituées un flou pour la population, et n’être connues que des seules autorités.